Vous envisagez de changer le moteur de votre bateau : quelques conseils de la MAIF

Culture nautique
Par Figaronautisme.com avec MAIF
Vendredi 18 décembre 2020 à 15h50

Si le terme de navigation de plaisance évoque souvent le vent qui claque dans les voiles, la propulsion motorisée est largement majoritaire sur les flots. Dans les ports, comme sur les routes, on parle carburant, vidange, bougies, arbre de transmission… Le ministère de la mer annonce près de 780 000 immatriculations de bateaux à moteur en 2020, contre environ 205 000 voiliers (source : La plaisance en quelques chiffres, ecologie.gouv.fr).

Si le terme de navigation de plaisance évoque souvent le vent qui claque dans les voiles, la propulsion motorisée est largement majoritaire sur les flots. Dans les ports, comme sur les routes, on parle carburant, vidange, bougies, arbre de transmission… Le ministère de la mer annonce près de 780 000 immatriculations de bateaux à moteur en 2020, contre environ 205 000 voiliers (source : La plaisance en quelques chiffres, ecologie.gouv.fr).

La grande différence avec les automobiles, c’est le mode d’usure. « En plaisance, les moteurs sont très peu utilisés, explique Claude Mettrie, expert maritime basé à La Rochelle. 50 heures par an en moyenne, l’équivalent pour une voiture serait de rouler 3 500 kilomètres ». L’inactivité alliée aux conditions de stockage humide et froide sont souvent fatales aux mécanismes qui se dégradent à grande vitesse. « La corrosion, le manque d’entretien réduisent considérablement la durée de vie des systèmes de motorisation ».

Faire appel à un professionnel

Le changement de moteur est donc une opération assez fréquente, elle n’est cependant jamais banale. Dans le cas d’un moteur in-board (placé à l’intérieur du bateau), « je préconise absolument de faire appel à un professionnel, conseille l’expert. Ce dernier doit monter à bord et voir s’il faut remplacer d’autres éléments liés à la propulsion. L’inverseur, la ligne d’arbre et l’hélice doivent correspondre au nouvel équipement. »

Il est très rare de pouvoir installer simplement un nouveau moteur in-board en lieu et place d’un ancien. L’opération peut impliquer des travaux complémentaires qui moderniseront le navire dans sa globalité : consolider le bâti qui accueille le système de propulsion, changer la partie électrique (câbles, batterie). Dans le cas d’un moteur hors-bord, l’installation est plus simple bien sûr, mais doit générer quelques points d’attention comme l’adaptation du rapport poids-puissance entre le nouveau moteur et l’embarcation, le système d’attache…

Ne pas oublier les démarches administratives

La motorisation étant un élément constitutif de l’immatriculation de votre navire, une demande de changement doit être faite auprès d’une Direction départementale des territoires et de la mer. « Une obligation liée à la recrudescence des vols de moteurs, indique-t-on aux Affaires maritimes de la Rochelle. La gendarmerie peut verbaliser en cas de défaut de documents en règle ». Le propriétaire doit fournir son ancienne carte de circulation, la facture du nouveau moteur et la copie de sa carte d’identité dans un délais d’un mois. La démarche est gratuite et peut-être effectuée via le site Espace plaisancier | demarches-plaisance.gouv.fr (demarches-plaisance.gouv.fr)

De plus, en lien avec la protection de l’environnement, si le moteur apporte un dépassement de plus de 15 % de la puissance nominale homologuée de propulsion, il doit faire l'objet d'une nouvelle évaluation des émissions sonores et gazeuses (source : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/article_lc/LEGIARTI000031120220/2017-08-12/).

L’assureur aussi

Un changement de moteur apporte de la valeur à votre bateau. L’installation d’un modèle plus récent, voire plus puissant doit être indiquée à votre assureur, pour obtenir une indemnisation correspondante en cas de vol, d’accident, de panne… Tout dépend des modalités du contrat. « Même s’il doit payer un peu plus cher, le plaisancier sera indemnisé sur la valeur réhaussée de son embarcation », précise Claude Mettrie. Il est donc conseillé de faire estimer son bateau par un expert à l’issue des travaux. Le professionnel sera de bons conseils au sujet de la valeur économique du bateau et de ses aménagements récents. Il pourra aussi éclairer le propriétaire sur l’ensemble des modalités du contrat qu’il a souscrit, comme par exemple la nécessité d’associer un système de protection à un moteur hors-bord pour être couvert…

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de la MAIF.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.