Quel est l'intérêt de passer le permis hauturier ?

Samedi 6 avril 2019 à 12h26

Dès que l'on envisage des navigations un peu sérieuses au-delà de quelques milles des côtes, il faut savoir naviguer ! Mais que veut dire savoir naviguer de nos jours ?

Les "voileux" n'ont pas la nécessité de passer ce permis, à l'inverse des propriétaires ou locataires de bateaux à moteur qui devront être titulaires de cette extension au permis bateau côtier. ©Sophie Savant-Ros
Dès que l'on envisage des navigations un peu sérieuses au-delà de quelques milles des côtes, il faut savoir naviguer ! Mais que veut dire savoir naviguer de nos jours ?

Les outils électroniques modernes tous basés sur le signal GPS (traceurs et autres applications numériques) nous permettent concrètement de nous positionner en un clin d'oeil et d'éviter de laborieux calculs et tracés sur cartes papier. Il suffit de doubler l'information en possédant un traceur et un smartphone pour être à l'abri de la panne d'alimentation et naviguer informé.

Alors pourquoi passer un permis supplémentaire, est-ce réellement utile ?

Après les Google cars, à quand les Google boats, sans skipper et entièrement guidés par programme informatique et autres systèmes experts ? Les "voileux" n'ont pas la nécessité de passer ce permis, à l’inverse des propriétaires ou locataires de bateaux à moteur qui devront être titulaires de cette extension au permis bateau côtier.

Nautisme Article
Il faut essayer de s'entrainer sur un maximum d'exercices afin de bien dominer le maniement des "règles de navigation". Le mieux est d'essayer d'y consacrer une petite semaine afin de bien s'immerger dans le sujet et la pratique.© Sophie Savant-Ros

Revenons sur mer. Ce permis est extrêmement important et garantit un minimum de sens marin. Les « voileux » qui naviguent au large ont en général un historique d'apprentissage plus conséquent que les nouveaux arrivants dans le monde du nautisme, qui passent directement au bateau à moteur. Par contre ces mêmes "voileux" qui passent avec l'âge au "moteur" ne pourront pas faire l'impasse sur ce permis s'ils veulent continuer à profiter de navigations ambitieuses sur leur nouveau bateau à moteur ! Par ailleurs, en mer tout peu arriver et on ne descend pas du bateau pour se mettre sur une aire de stationnement en attendant les secours...

Le sens marin, c'est de toujours savoir où l'on se trouve, de le noter et d'anticiper la route à venir. Bien sûr les outils modernes permettent de simplifier considérablement cette gymnastique intellectuelle, mais justement il faut garder l'esprit vif et entretenir ses connaissances pour se sentir à l'aise sur l'eau et prêt à reprendre la main « à l'ancienne » quelles que soient les conditions.

Nautisme Article
Il n'y a pas d'épreuve en mer, seulement un examen d'une heure trente qui se passe en salle avec une carte, une règle de navigation, un compas, un crayon, une gomme, un stylo et du papier. © Sophie Savant-Ros

Est-ce facile ?

Ce n'est pas difficile, mais il faudra du sérieux et de l'assiduité pour assimiler les notions de cartographie et de navigation élémentaires au large. Le secret réside malgré tout dans la partie "bachotage", en effet il faut essayer de s'entrainer sur un maximum d'exercices afin de bien dominer le maniement des "règles de navigation" (rapporteur breton, règle Cras ou autres). Le mieux est d'essayer d'y consacrer une petite semaine afin de bien s'immerger dans le sujet et la pratique.

Il n'y a pas d'épreuve en mer, seulement un examen d'une heure trente qui se passe en salle avec une carte, une règle de navigation, un compas, un crayon, une gomme, un stylo et du papier. L’examen est composé de trois épreuves : une première partie composée de deux épreuves sur carte, notée sur 12 points avec 7 points minimum requis, une deuxième partie reposant sur un calcul de marée noté sur 4 points et enfin un QCM sur 4 points relatif aux connaissances à avoir sur la météo, la sécurité, l’électronique... Une note totale de 10/20 minimum est nécessaire pour réussir l’examen.

Comment le passer ? 

Nautisme Article
Il est possible de le passer en candidat libre mais pour notre test nous avons préféré le passer avec une école de navigation reconnue ayant "pignon sur quai", à Hyères.© Sophie Savant-Ros

Il est possible de le passer en candidat libre mais pour notre test nous avons préféré le passer avec une école de navigation reconnue ayant "pignon sur quai", à Hyères.

En effet, si le support de cours de l'école peut être facilement remplacé par un guide sur le sujet, en revanche les explications orales d'un formateur compétent font gagner beaucoup de temps et permettent de bien comprendre les notions souvent oubliées ou mêmes nouvelles pour l'aspirant au permis hauturier.

Nous conseillons donc de passer ce permis en étant accompagné par un professionnel.

L'examen dans notre cas a eu lieu dans les bureaux des affaires maritimes de Toulon avec un examinateur extrêmement professionnel et attentif.

Nautisme Article
L'examen dans notre cas a eu lieu dans les bureaux des affaires maritimes de Toulon avec un examinateur extrêmement professionnel et attentif.© Sophie Savant-Ros

Combien cela coûte-t-il ?

il faut compter un budget de l'ordre de 500 euros à plus ou moins 20 % près, suivant la formule et l'école.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.