Interdiction de naviguer : le Secrétariat Général de la Mer répond à nos questions

Economie
Samedi 16 mai 2020 à 19h00

Comme nous l'évoquions dans nos récents articles, la navigation de plaisance demeure interdite en France, à l'exception de quelques zones autorisées par les préfets. Une décision qui interroge et suscite une controverse à l'approche du début de la saison estivale. En exclusivité, le Secrétariat général de la mer (SGMer) a accepté, vendredi 15 mai, de répondre à nos questions.

©Freepik
Comme nous l'évoquions dans nos récents articles, la navigation de plaisance demeure interdite en France, à l'exception de quelques zones autorisées par les préfets. Une décision qui interroge et suscite une controverse à l'approche du début de la saison estivale. En exclusivité, le Secrétariat général de la mer (SGMer) a accepté, vendredi 15 mai, de répondre à nos questions.

Dans son article 9, le récent décret du 11 mai 2020 prescrivait  les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19/ article 9 : interdiction des activités nautiques et de plaisance. Jusqu’alors, les seules restrictions évoquées dans ce discours, concernaient les plages, les lacs et plans d’eau. Pourquoi un tel changement ?

"Lors de son intervention devant l’Assemblée nationale le 28 avril dernier, le Premier ministre a annoncé que les plages, fermées depuis le 17 mars, resteraient inaccessibles au public au moins jusqu’au 1er juin. La navigation de plaisance, elle, était de facto impossible pendant le confinement, en raison de l’interdiction des déplacements non essentiels. La priorité des pouvoirs publics pour cette première phase de reprise de l’activité, est de s’assurer que cette reprise se fasse dans le respect des recommandations sanitaires, afin de prévenir la diffusion du virus. Or, les 5 400 km de plages en métropole, 19 000 km en comptant les territoires ultramarins, ne se ressemblent pas, la configuration géographique et les activités qui y sont pratiquées ne sont pas les mêmes d’un territoire à l’autre. Ce qui sera possible sur une vaste plage à l’extérieur d’une agglomération, ne le sera pas sur une plage urbaine où les mesures de distanciation sociale et les gestes barrières, les seuls à même de prévenir la diffusion du virus, ne pourront pas forcément être mis en œuvre. Le choix qui a été fait par le Premier ministre, est celui d’une adaptation de la règle au niveau local, au plus proche des réalités de terrain. C’est tout l’objet des dispositions du décret n°2020-548 du 11 mai 2020 : « l’accès aux plages, aux plans d’eau et aux lacs est interdit. Les activités nautiques et de plaisance sont interdites. Le préfet de département peut toutefois, sur proposition du maire, ou, à Saint-Martin et à Saint- Barthélemy, du président de la collectivité, autoriser l’accès aux plages, aux plans d’eau et aux lacs et les activités nautiques et de plaisance si sont mis en place les modalités et les contrôles de nature à garantir le respect des dispositions de l’article 1er et de l’article 7"

Nautisme Article
© Pixnio

A ce jour, les plaisanciers ont-ils l'autorisation de naviguer et le cas échéant, que risquent-ils ? 

"Conformément au décret précédemment cité, la réouverture des activités nautiques et de de plaisance pourra se faire, sur demande du maire, par décision du préfet de département. Pour que ces activités soient autorisées, il conviendra que les conditions dans lesquelles elles reprennent permettent de respecter les règles de distanciation sociale et les mesures barrières. Certaines demandes sont en cours d’examen et nécessiteront parfois la mise en place de mesures d’organisation, d’autres ont d’ores et déjà été validées (ex : autorisation des activités nautiques et de plaisance depuis certains lieux du Finistère). Les activités nautiques étant par défaut interdites, dans les communes où la navigation n’aura pas expressément été autorisée, une personne pratiquant des loisirs nautiques s’exposera à une contravention de 4ème classe (NDLR : soit 135 € minimum)."

Allez-vous publié une carte des zones où la navigation est interdite ?

"L’autorisation des activités nautiques et de plaisance relevant du préfet de département, les usagers souhaitant savoir si la navigation est autorisée dans leur commune sont invités à s’adresser d’abord à leur maire ou aux services de la préfecture de leur département." 

Qu'en est-il des échanges avec les différentes fédérations comme la FIN ou la FFPP ?

"Le Secrétariat général de la mer et le ministère de la transition écologique et solidaire dialoguent régulièrement avec les filières économiques maritimes. Ce dialogue est renforcé dans cette période, qui nécessite que soient pris en compte les spécificités et les besoins de chaque secteur. Les présidents des Fédération des industries nautiques et Fédération française des ports de plaisance, par ailleurs membres du Comité France Maritime, que copréside le Secrétaire général de la mer avec le président du Cluster maritime français, ont été en contact régulier avec le SGMer tout au long de ces semaines."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.