Transat en double : bulletin météo du 13 mai

Course au large
Jeudi 13 mai 2021 à 16h19

Partis de Concarneau hier soir à 19h, les 18 duos de la Transat en Double - Concarneau - Saint-Barthélemy ont passé la première nuit sans encombre. Ce jeudi matin, ils naviguaient groupés dans le golfe de Gascogne, très proches de l’orthodromie (route directe). Aujourd’hui, tout l’enjeu est de garder une bonne vitesse pour viser le cap Finisterre, qu’ils devraient franchir demain.

©La Transat en Double
Partis de Concarneau hier soir à 19h, les 18 duos de la Transat en Double - Concarneau - Saint-Barthélemy ont passé la première nuit sans encombre. Ce jeudi matin, ils naviguaient groupés dans le golfe de Gascogne, très proches de l’orthodromie (route directe). Aujourd’hui, tout l’enjeu est de garder une bonne vitesse pour viser le cap Finisterre, qu’ils devraient franchir demain.

Situation Générale :

Ce jeudi, régime d’ouest-nord-ouest modéré entre une dépression évoluant par 1003 hPa en Manche et un anticyclone centré par 1028 hPa au sud des Açores. Dépression secondaire 1012 hPa sur le sud du golfe de Gascogne centrée par 44°N et 5°W à la mi-journée ; elle se déplace vers l’est tout en se comblant.

Vendredi, l’anticyclone des Açores se prolonge par une dorsale en direction de la péninsule ibérique. En bordure nord de cette dorsale, un flux de sud-sud-ouest modéré se met en place sous l’influence d’une dépression évoluant par 55°N et 27°W sur le nord de l’Atlantique. Arrivée du front chaud d’une perturbation en fin d’après-midi sur le Cap Finisterre.

Samedi, l’anticyclone centré par 1025hPa au sud des Açores se prolonge par une dorsale en direction de Lisbonne. Au nord de la dorsale, les navigateurs sont sous l’influence d’un flux de sud-ouest perturbé.

Conditions météo en mer :

Au cours de la première nuit de course, les 18 équipages ont pu faire une route directe en direction du Cap Finisterre en naviguant au bon plein (à 60° d’un vent qui vient de l’avant du voilier) sous un vent d’ouest à 25 nœuds et dans une mer forte avec une houle d’ouest de l’ordre de 3 mètres. Une entrée de jeu sportive et engagée d’autant qu’il a fallu composer avec le passage de grains accompagnés de fortes rafales de 35 à 40 nœuds. Peu d’options de jeu avec une telle situation météo si bien que la flotte était très regroupée au lever du jour ce jeudi de l’Ascension et progressait à 7,5 nœuds de vitesse moyenne au grand large des côtes vendéennes.

Jeudi 13 mai

En matinée, les marins poursuivent leur navigation au près dans un flux d’ouest qui a perdu un peu de sa vigueur pour s’établir entre 15 et 18 nœuds. L’instabilité faiblit progressivement avec des grains de plus en plus dispersés. La mer devient un peu moins forte avec une houle d’ouest de l’ordre de 2,5 mètres. A la mi-journée le vent continue de perdre un peu d’intensité mais les skippers passent finalement à l’écart de la zone de  vents faibles en marge de la dépression secondaire qui évolue plus au sud que prévu. Leur progression vers le sud-ouest ne se verra donc pas beaucoup ralentie, d’autant que le vent reprendra un peu de droite dans l’après-midi pour s’orienter ouest-nord-ouest. Avec une mer qui continuera de s’amortir un peu, les conditions deviendront propices pour avancer à vive allure au cœur du golfe de Gascogne. De bonnes conditions de vent qui persisteront en soirée avec un flux de nord-ouest de 17 à 20 nœuds ; c’est une véritable course de vitesse qui sera engagée sur la partie sud du golfe de Gascogne. Dans ce flux de nord-ouest dynamique, quelques grains pourront à nouveau circuler avec des rafales d’une trentaine de nœuds.

Vendredi 14 mai

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le vent de nord-ouest perdra un peu de sa vigueur avec l’éloignement de la dépression vers l’est. Le vent reviendra progressivement au secteur ouest à l’approche d’une dorsale qui se situera dans l’axe du Cap Finisterre en début de journée de ce vendredi. Au passage de la dorsale en début de matinée, le vent d’ouest ne soufflera plus qu’entre 10 et 13 nœuds. Le vent s’orientera ensuite au sud-ouest si bien qu’il se situera dans l’axe de la route des skippers qui seront en approche des côtes espagnoles. Il leur faudra donc opérer des virements de bord et rallonger la route pour avoir un angle au vent favorable. Dans l’après-midi, dans les parages du Cap Finisterre, le vent de sud-ouest se renforcera à l’approche du font chaud d’une perturbation. Il atteindra une vingtaine de nœuds avec des rafales qui pourront approcher 35 nœuds. Une situation météo à nouveau musclée qui nécessitera toute la vigilance des marins, d’autant que la mer sera croisée avec une houle d’ouest de plus de 2 mètres et la mer du vent orientée au sud-ouest. C’est en soirée que le vent de sud-ouest sera le plus fort au passage du front chaud avec 25 à 28 nœuds entre le Finisterre et la Corogne. Avec un effet d’accélération au large du Cap Finisterre, les rafales pourront approcher 40 nœuds.

Samedi 15 mai

Au cours de la nuit de vendredi à samedi, les marins progresseront en direction des côtes portugaises sous des conditions de vent encore très toniques. Le flux de sud-sud-ouest d’une vingtaine de nœuds les obligera à effectuer des virements de bord dans une mer agitée. Des conditions encore difficiles avec de nombreuses manœuvres et réglages de voile à effectuer. En matinée de samedi, sous un vent de sud-ouest de 15 à 18 nœuds, ils débuteront un long bord avec un cap au sud le long des côtes portugaises. La mer deviendra progressivement moins houleuse et les vitesses accéléreront. Leur objectif sera d’aller trouver au plus vite l’alizé portugais qui se mettra en place de l’autre côté de la dorsale située à la latitude de Lisbonne. En attendant, dans l’après-midi, ils continueront de naviguer au près dans un vent de sud-ouest d’une quinzaine de nœuds. En soirée, ils commenceront à subir l’affaiblissement du vent en approche de la dorsale avec un flux qui prendre un peu de droite pour s’orienter ouest-sud-ouest.

Dimanche 16 mai

Dans la nuit de samedi à dimanche, le vent continuera de faiblir en s’orientant ouest-nord-ouest avec l’arrivée de la dorsale. Les vitesses de navigation ralentiront mais les marins devraient éviter la pétole car il restera un peu d’air en bordure droite de l’anticyclone des Açores… En matinée, le vent continuera de prendre de la droite pour s’orienter nord-ouest autour de 10 nœuds. Ils retrouveront donc un vent portant mais ce n’est que dans l’après-midi après avoir passé la latitude de Lisbonne que les conditions seront favorables pour accélérer. Le vent prendra une composante nord-nord-ouest et se renforcera entre 15 et 18 nœuds. Débutera alors une navigation rapide sous l’alizé portugais qui les propulsera vers les latitudes tropicales. Cela mettra un terme aux conditions fraîches et humides que les skippers auront connu jusque là.

Retrouvez toutes les prévisions météo sur METEO CONSULT.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.