Entretien avec Simon Watin et Quentin Lucet : « La course au large est dans l'ADN du cabinet VPLP »

Course au large
Mercredi 3 novembre 2021 à 12h40

VPLP truste la course au large. Sur les 79 bateaux du plateau de la Transat Jacques Vabre, 16 sont signés par le cabinet d'architecture navale présidé depuis peu par Simon Watin. La course au large, mais pas que... "Le champs est très vaste et nous entreprenons des projets tous plus différents les uns que les autres", nous confie Quentin Lucet, référent pôle course. Entretien.

©VPLP Design
VPLP truste la course au large. Sur les 79 bateaux du plateau de la Transat Jacques Vabre, 16 sont signés par le cabinet d'architecture navale présidé depuis peu par Simon Watin. La course au large, mais pas que... "Le champs est très vaste et nous entreprenons des projets tous plus différents les uns que les autres", nous confie Quentin Lucet, référent pôle course. Entretien.

Il y a quelques mois, Marc Van Peteghem et Vincent Lauriot-Prévost ont confié à votre équipe la barre de VPLP. Comment assurer une continuité et une transmission en douceur ?

S.W. : "Marc et Vincent nous accompagnent encore régulièrement afin d’assurer une transition en douceur, que ce soit pour nous, le client ou l’entreprise. En vérité, le groupe de salariés repreneurs tient les reines du cabinet depuis un long moment déjà, la passation n’a fait qu’officialiser les choses. Nous sommes dans un processus de reprise en continu, et nous avons la confiance des fondateurs.

Ils nous aiguillent, nous accompagnent sur la stratégie, les relations clients… Tout cela en bonne intelligence"

Nautisme Article
De gauche à droite, Simon Watin, Xavier Guisnel, Mathias Maurios et Quentin Lucet© VPLP Design

Q.L. : "Vincent et Marc sont de vrais passionnés ! C’est un plaisir de les avoir à nos côtés pendant les réunions de lancement de projet. Ils ont beaucoup de choses à nous apporter, c’est un partage d’expérience qui nous permet d’être lancés sur de bons rails".

Sur les 79 bateaux de la flotte de départ de la Transat Jacques Vabre, 16 sont signés VPLP. Vous « trustez » la course au large… est-ce volontaire ?

Q.L. : "Le champs est très vaste et nous entreprenons des projets tous plus différents les uns que les autres. Mais nous soutenons que la course au large est dans l’ADN de notre cabinet. C’est l’un de ses piliers, l’histoire a commencé ici il y a 40 ans, c’est un support qui reste fort et central. Notre volonté n’est pas d’engloutir l’espace de toutes les classes mais on ne passe jamais à côté de belles opportunités ! Par exemple, pour le Class 40, nous avons saisi notre chance de travailler avec un très bon chantier et des skippers motivés. Ce sont des projets qui se font, des occasions sur lesquelles nous « sautons ». C’est toute une histoire de projets et de skippers motivés à travailler à nos côtés".

Parallèlement aux activités de course et de plaisance, vous développez un "pôle maritime" dédié à la conception de navires innovants. Quelle place prend la dimension environnementale dans vos projets ?

S.W. : "Le pôle maritime est une addition récente et encore très modeste si on la compare au reste des activités du cabinet. Mais le projet encouragé par Marc Van Peteghem depuis dix ans, suit son cours. Nous avons des technologies concrètes à proposer au monde du transport maritime pour le rendre plus vertueux ! Le développement de l’assistance à la propulsion par le moyen de voiles a engendré la création du concept d’Ocean Wings, un moteur éolien destiné à la propulsion maritime , et à la création de la start-up Ayro, une spin-off VPLP qui aujourd’hui vit son aventure industrielle.

Nautisme Article
© VPLP Design

Notre cabinet est celui d’architectes et d’ingénieurs qui conçoivent des navires qui répondent aux nouveaux critères de performance énergétique dans un monde encore assez peu friand d’innovations, pour des raisons financières et d’investissement. Ces nouveaux critères, cette notion de « sobriété énergétique » a bousculé tous les secteurs. D’où la nécessité d’imaginer des navires qui s’adaptent aux changements climatiques".

Quelques mots sur l’intelligence artificielle appliquée à la conduite des voiliers de course ?

Q.L. : "Plus les années passent, plus les bateaux sont des monstres de technologie. Mais dans l’optique de fiabilisation d’un bateau, l’IA est un paramètre que l’on est forcé de passer au second plan. Elle représente le dernier pourcentage qui permette de gagner en performance, il faut déjà que tous les autres paramètres soient sûrs.

Nautisme Article
© Alex Thomson Racing

Lors du convoyage retour de Cape Town jusqu'à Gosport, après l'abandon d'Alex Thomson dans le Vendée Globe, Antoine Lauriot-Prévost a eu le privilège de naviguer à bord d'HUGO BOSS. C’est une expérience rare pour un architecte de VPLP Design : embarquer pour 8 000 milles de convoyage à bord d’un voilier dessiné par l’agence. Pendant 35 jours il a oeuvré pour mieux comprendre le comportement de l'Imoca dans la mer du large et faire progresser les outils d’analyse de performance.

Nous attaquons avec humilité ce secteur de recherche, mais il fait en effet partie de nos nombreux développements. C’est un domaine de compétence à part entière qui s’éloigne un peu de l’architecture navale, nous essayons de l’intégrer au mieux".

Quels sont les projets qui vous tentent ?

Q.L. : "J’étais aux Voiles de Saint Tropez il y a quelques semaines ! C’était très intéressant de voir tous ces yachts régater. Nous avons eu la chance avec Guillaume Verdier de travailler sur Comanche, un sacré monocoque ! Côté course, nous espérons oeuvrer davantage sur les maxis foils. Nous sommes en train de plancher sur des avants-projets dans cette veine, qui nous permettent d’imaginer des 100 pieds qui seraient hybrides, semi-volants, voire volants, tout en respectant les règles en vigueur".

S.W. : "Nous voudrions faire une sorte de mélange entre Comanche, qui est un 100 pieds maxi de record, et SVR Lazartigue. De manière générale nous travaillons sur tout ce qui est grand monocoque. Ici nous parlions de la version course mais je suis persuadé que la version croisière est tout aussi intéressante".

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…