Fabrice Amedeo « Je suis un grand privilégié »

Course au large
Vendredi 22 juillet 2022 à 6h29

Avant d'être un skipper professionnel engagé pour la préservation des océans, Fabrice Amedeo était journaliste. Comment s'est-il retrouvé à naviguer sur tous les océans du monde ? Pourquoi cet engagement ? Nous lui avons posé quelques questions.

©Jean-Marie Liot
Avant d'être un skipper professionnel engagé pour la préservation des océans, Fabrice Amedeo était journaliste. Comment s'est-il retrouvé à naviguer sur tous les océans du monde ? Pourquoi cet engagement ? Nous lui avons posé quelques questions.

Figaro Nautisme : Comment un journaliste se retrouve-t-il marin professionnel ?

Fabrice Amedeo : « J'ai découvert la voile à l'âge de trois ans en famille sur un First 22. J'ai ensuite toujours fait de la voile et grandi avec un amour fort de l'océan : croisières en famille chaque été, découverte des régates à l'adolescence, les premières courses au large jeune adulte, puis les premières transats en course en devenant parallèlement journaliste au Figaro. Durant toute cette période de ma vie, j'ai réalisé des études, j'ai démarré une carrière assez classique mais un ailleurs m'appelait. Ce n'est qu'en 2015, quand j'ai décidé de me lancer dans l'aventure du Vendée Globe, que j'ai décidé de m'investir à 100 % dans ma passion et d'en vivre. »

Figaro Nautisme : Vous êtes très engagé pour la préservation des océans, naviguer ne vous suffisait donc pas ?

Fabrice Amedeo : « C'est exactement cela. À l'arrivée de mon premier Vendée Globe, j'ai décidé de repartir pour un deuxième tour du monde mais j'avais besoin de donner du sens à mon métier de marin et à mon parcours sur les océans. La préservation des océans était un engagement assez évident pour moi qui suis si passionné par ces grands espaces et aime tant les parcourir. Je ne suis d'ailleurs pas une exception : beaucoup de marins sont engagés. Je me suis alors renseigné et j'ai entendu parler de cette opportunité de naviguer pour la science, notamment grâce à des échanges avec le skipper allemand Boris Hermann qui a été assez précurseur. J'ai donc équipé mon bateau de ces capteurs et je suis devenu un « navire d'opportunité » pour la communauté scientifique. Je ne suis pas un bateau scientifique ou un bateau d'expédition, je suis un bateau de course qui va là où les navires scientifiques vont peu ou pas et je réalise des mesures qui nourrissent les travaux et les recherches de toute une équipe de scientifiques très investie. C'est absolument passionnant et finalement assez cohérent avec mon parcours d'ancien journaliste : je vis ma passion et mes rêves, je me dépasse sur l'eau, tout en allant chercher de l'info là où peu de personnes ont la chance d'aller. »

Figaro Nautisme : Les campagnes de mesures confirment-elles ce que vous observez en tant que marin : nos océans sont de plus en plus fragiles et nos écosystèmes de plus en plus menacés ?

Fabrice Amedeo : « Nos campagnes de mesures montrent que nos océans sont de plus en plus menacés : par les microplastiques qui y sont omniprésents mais aussi par les fibres de cellulose, autrement dit par les fibres textiles issues de nos machines à laver donc de notre vie de tous les jours. Au large, même si la majeure pollution est invisible car présente sous forme de microparticules, nous voyons de plus en plus de choses. J'ai un souvenir assez fort sur le dernier Vendée Globe dans l'anticyclone de Sainte-Hélène, pile au milieu de l'Atlantique sud à mi-chemin entre l'Argentine et le continent africain. Le vent était faible, la mer plate et j'ai pu voir des bouteilles plastiques flotter à la surface de l'océan. Elles avaient fait un voyage de plus de 2 000 kilomètres et allaient peu à peu être dégradées et ingérées par l'océan pour devenir du micro-plastique. Cette triste rencontre est finalement au coeur de mon engagement : mesurer cette pollution des océans qui provient de la terre pour une grande majorité et, de retour du large, prendre la parole et sensibiliser les enfants des écoles à travers un ambitieux programme pédagogique que nous avons développé avec la Fondation de la Mer. »

Nautisme Article
© Jean-Marie Liot

Figaro Nautisme : Cet engagement ne vous empêche pas de nourrir des ambitions sportives avec notamment la Route du Rhum en fin d?année ?

Fabrice Amedeo : « Exactement, j'ai remis mon bateau à l'eau en avril à l'issue d'un important chantier d'implantation de nouveaux foils. L'ambition est d'avoir un bateau plus rapide et qui vole plus haut. Nous vivons une époque formidable où, malgré le contexte international et économique difficile après deux années de Covid et maintenant la guerre en Ukraine, notre sport a le vent en poupe et attire de plus en plus de partenaires et d'entreprises qui cherchent à donner du sens à leur métier, à leurs engagements, à leur sponsoring. Beaucoup de bateaux sont en construction et beaucoup de marins ont d'importants moyens. Pour rester dans la course, il fallait en passer par ce chantier qui va me permettre de faire une belle Route du Rhum en fin d'année et d'ambitionner d'être dans le coup lors du prochain Vendée Globe en 2024. Et puis imaginez un bateau de 9 tonnes et de 18 mètres de long dont toute la moitié avant vole un mètre au-dessus de l'eau : il n'y a pas de mots, c'est magique. Je suis un grand privilégié. »

Retrouvez cet interview et plein d'autres sujets exclusifs dans notre dernier hors-série Collection 2022 à découvrir par ici !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…