Triangle des Bermudes : une théorie fait débat

Carnet de voyage
Lundi 8 mai 2017 à 12h30

Il y a un an, des scientifiques norvégiens pensaient avoir trouvé la réponse à l’énigme des disparitions du Triangle des Bermudes : des bulles de gaz dans les fonds marins pouvant générer des explosions sous-marines. Cette hypothèse est aujourd’hui contredite par une physicienne éminente de l’Université de Londres.

©La mer de Barents vue du satellite de la NASA.
Il y a un an, des scientifiques norvégiens pensaient avoir trouvé la réponse à l’énigme des disparitions du Triangle des Bermudes : des bulles de gaz dans les fonds marins pouvant générer des explosions sous-marines. Cette hypothèse est aujourd’hui contredite par une physicienne éminente de l’Université de Londres.

Situé dans l’océan atlantique, entre les Bermudes, la Floride et Porto Rico, le Triangle des Bermudes est une zone géographique à laquelle on attribue une série de disparitions inexpliquées : navires et avions s’y seraient volatilisés depuis les années 1950. C’est en 1964 que l’appellation mythique du lieu est lancée : un auteur parle du «Deadly Bermuda Triangle» (le «triangle mortel des Bermudes») dans le magazine Argosy. Cependant, les phénomènes expliqués observés dans cette vaste étendue d’eau ne datent pas d’hier : Christophe Colomb lui-même avait rapporté le fait que son compas s’était étrangement déréglé dans le secteur. Selon les archives du journal Los Angeles Times, plus de 250 navires et au moins 120 avions auraient disparu dans le Triangle des Bermudes depuis 1900.

2016 : nouvelle découverte au nord de l’Atlantique

En mars 2016, des scientifiques de l’Arctic University of Norway (Université Arctique de Norvège) ont révélé l’existence de plusieurs grands cratères sous la mer de Barents. Cette mer n’est pas située dans le Triangle des Bermudes puisqu’il s’agit d’une zone de l’océan arctique, entre le nord de la Norvège et la Russie occidentale. Mais les chercheurs pensent que ses fonds marins sont très semblables à ceux du Triangle des Bermudes. Autre similitude, la mer de Barents a également été le théâtre de disparitions mystérieuses. Sauf que dans son cas, une grande partie serait imputable aux opérations navales russes (missiles, sous-marins de guerre, réacteurs nucléaires…). Même si, comme pour le Triangle des Bermudes, la mer de Barents a aussi été concernée par les innombrables théories liées au surnaturel. Certains des cratères naturels de la mer Barents mesurent jusqu’à 800 mètres de longueur et 45 mètres de profondeur. Ces derniers produiraient d’énormes quantités de gaz, de méthane en particulier, pouvant générer de véritables explosions sous-marines. Ces explosions pourraient donner lieu à ce que les scientifiques décrivent comme "une avalanche de gaz, qui réchaufferait soudainement l’eau et pourrait faire couler le bateau très rapidement". Les navires seraient littéralement avalés par l’océan en quelques minutes. Pour les avions, l’hypothèse est beaucoup moins crédible, mais pas impossible, selon l’équipe de recherche qui continue ses investigations.

 

2017 : les bulles de gaz ne peuvent pas avaler des navires

La physicienne et océanographe de renommée international, Helen Czerski, de l’Université de Londres, a déclaré que cette hypothèse ne tenait pas la route. Interrogée par un journaliste d’Aol.com, la scientifique a totalement remis en cause la théorie de l’équipe norvégienne : "Ces bulles de gaz explosent en multiples minuscules autres bulles et se désintègrent. Il ne peut donc pas s’agir d’une gigantesque explosion contrairement à ce qui a été dit. Si celles-ci pouvaient avoir un impact sur un navire, ce serait uniquement de le propulser en hauteur, et non pas de l’aspirer". Voilà qui n’explique donc, toujours pas, les mystérieuses disparitions depuis plus d’un siècle…

  

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.