Portraits de femmes : Anne Combier, une référence de la voile pro sur mer comme sur terre !

Culture nautique
Mardi 23 février 2021 à 16h04

Son coup de foudre avec l'océan, elle le doit à Florence Arthaud : co-équipière de la "petite fiancée de l'Atlantique" pendant 2 ans et amie proche, Anne Combier a enchaîné les victoires, les transatlantiques, les navigations en tout genre ! Jusqu'à inventer un métier aujourd'hui indispensable dans le monde de la voile professionnelle : team manager. Découvrez le portrait d'Anne Combier, aujourd'hui team manager de Yannick Bestaven, vainqueur du dernier Vendée Globe.

©Christophe Breschi
Son coup de foudre avec l'océan, elle le doit à Florence Arthaud : co-équipière de la "petite fiancée de l'Atlantique" pendant 2 ans et amie proche, Anne Combier a enchaîné les victoires, les transatlantiques, les navigations en tout genre ! Jusqu'à inventer un métier aujourd'hui indispensable dans le monde de la voile professionnelle : team manager. Découvrez le portrait d'Anne Combier, aujourd'hui team manager de Yannick Bestaven, vainqueur du dernier Vendée Globe.

Figaro Nautisme : Comment est né votre amour pour la voile ? Vous êtes tombé dedans quand vous étiez petite ?

Anne Combier : "Non ! C’est une histoire plutôt originale. A 19 ans, j’étais coursier à moto à Paris en job d’été et j’ai eu un accident l’été 79. Dans ma tête, je voulais faire le Paris-Dakar avec ma moto donc bien loin de la voile ! Je suis restée quelques temps à l’hôpital et ma mère, par pur hasard, m’a apporté un livre de Bernard Moitessier. Je l’ai dévoré et j’ai lu toute la collection aux éditions Arthaud.

Quelques semaines plus tard, je découvre une annonce de Florence Arthaud qui recherche des équipiers payants pour convoyer son bateau de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe à Saint-Malo. Je rencontre Florence et son père à Paris et elle me demande si j’ai déjà fait de la voile. Je lui réponds « non jamais ». Et là, elle me dit que ce n’est pas un problème, rendez-vous à Pointe-à-Pitre début mars ! J’ai vendu tout ce que j’avais et je suis partie en Guadeloupe, avec un aller simple.

La traversée de l’Atlantique s’est très bien passée, nous nous sommes très bien entendues et une fois arrivées à Saint-Malo, elle m’a proposé de rester son second. Nous avons navigué pendant deux ans ensemble."

F. N. : Une transatlantique comme première expérience de voile... vous vous êtes directement jeté dans le grand bain !

A. C. : "J’ai intégré le milieu de la voile par la grande porte avec la course au large mais je n’avais aucun diplôme. Je me suis donc inscrite à l’Ecole Nationale de Voile où j’ai obtenu mon diplôme de brevet d’état de voile en 83. J’ai découvert le dériveur, le 470… et c’est comme cela que j’ai commencé la voile olympique. J’ai intégré l’équipe de France en 470 pour la préparation des JO de Séoul en 88. Cela m’a permis de faire une école de commerce en sport étude étant athlète de haut niveau. On peut dire que cela m’a remis les idées en place et je ne suis finalement pas allée aux Jeux Olympiques car je n’ai pas été sélectionnée. Pendant ces années de formation, je suis devenue amie avec Thierry Peponnet (Champion Olympique 88). A la fin de notre formation, il m’a proposé de travailler avec lui et j’ai accepté : je suis devenue son manager et je l’ai accompagné et géré sa carrière pendant près de 20 ans.

J’ai continué la compétition de voile, j’ai remporté le championnat du monde de voile en équipage à La Rochelle en 94 avec Christine Briand, puis de fil en aiguille, j’ai commencé à m’occuper de Catherine Chabaud que j’ai rencontré à la Nioulargue 89, Catherine m’a demandé de l’aide pour présenter son projet de mini transat à Whirlpool. Cela a été le début d’une longue et belle histoire. J’ai aussi monté le projet « Challenge Océane » pour faire la Whitbread en équipage féminin avec Christine Guillou, Christine Briand et Catherine Chabaud etc. C’est dans cette aventure que j’ai intégré une agence de communication, Hickory, et je me suis occupée pendant 20 ans de beaucoup de projets voile et notamment tous ceux de Catherine Chabaud avec Whirlpool pendant 10 ans (j’ai notamment été son team manager sur ses deux Vendée Globe), mais aussi Lalou Roucayrol et Pascal Bidégorry avec Banque Populaire, Karine Fauconnier avec Sergio Tacchini…

Enfin, j’ai fondé mon agence KOTAÏ Projects en 2017 pour continuer dans ces projets qui me passionnent… 30 ans de carrière au compteur déjà !"

F.N. : Vous êtes aujourd’hui team manager de Yannick Bestaven. Racontez nous…

A.C. : "En 2014, Yannick Bestaven que je connaissais déjà depuis longtemps, m’a demandé de l’accompagner en Class 40, sur le suivi du partenariat avec son sponsor LE CONSERVATEUR, de la construction de son bateau, sa participation à la Route du Rhum cette même année, la Jacques Vabre qu’il a gagnée en 2015… J’ai continué de l’accompagner sur différents projets, puis en 2016 avec Yannick, nous avons décidé d’acheter un Imoca à dérives, l’ancien Initiatives-Cœur, afin de se donner toutes les chances de trouver un partenaire pour le Vendee Globe 2020. J’ai continué à suivre Yannick dans ses aventures notamment lors de sa participation une nouvelle fois à la Jacques Vabre avec Kito de Pavant. C’est en 2018 que Yannick convainc Maître CoQ de le parrainer pour les 3 années suivantes. Après la Route du Rhum 2018, Yannick rachète alors le bateau à foils de Bilou (ndlr : Roland Jourdain) et on vend l’ancien à Clément Giraud."

F. N. : Quels ont été les ingrédients de la victoire de Yannick sur le dernier Vendée Globe ?

A. C. : "Il y a beaucoup de choses ! Déjà, changer de bateau et passer à un bateau à foils, qui a été assuré, fiabilisé, renforcé, etc. Nous avons été bien accompagnés par Bilou, Stan Delbarre (ancien boat captain de Safran), Jean-Marie Dauris, un ancien de la Coupe de l’America qui est directeur technique… A l’époque du Vendée Globe de Catherine Chabaud, je m’occupais de tout et Lionel Lemonchois était le boat captain. Aujourd’hui pour le Vendée Globe, il faut un team manager mais aussi un directeur technique car les bateaux ont tellement évolué techniquement que ce n’est plus possible de tout gérer. Les ingrédients de la victoire s’appuient sur une véritable équipe associé à la philosophie de Yannick : l’optimisation et la fiabilité du bateau, beaucoup de navigation et d’entrainement, et l’appui de son coach mental, Eric Blondeau ! Yannick était un peu réticent au début et finalement cela s’est très bien passé et je pense qu’il a été l’un des artisans de la victoire. Même si au final, nous l’avons tous été chacun dans notre partie. Ce qui a été important également c’est l’appui de la CDA (Communauté d’agglomération de LA ROCHELLE) qui nous permis de nous installer à La Rochelle avec un vrai hangar, nous sommes passés en mode professionnel."

F. N. : Quels sont les prochains projets ?

A. C. : "Je ne peux pas trop en parler pour le moment. Yannick a envie de repartir mais dans sa tête, et celle de toute l’équipe, ce sera difficile de repartir sur le même bateau. Nous en sommes au stade de la réflexion avancée, on verra d’ici quelques mois…"

F. N. : Team manager, c'est un métier plutôt récent dans le milieu de la voile professionnelle ?

A. C. : "J’ai fait 22 ans de compétition de voile et le métier de manager de projets, je pense être la première à l’avoir fait à l’époque où les skippers faisaient tout eux-mêmes. D'ailleurs avec Thierry Peponnet, notre règle était : tu t’occupes de tout sur l’eau, et moi sur terre. Cela a été la clé du départ de toute ma carrière. Les skippers sont des chefs d’entreprise à 99% et donc, ils ne peuvent pas tout faire s’ils veulent être au top niveau, il faut absolument déléguer à quelqu’un de confiance, à « l’homme, la femme de l’ombre ». Mon métier, c’est être la tour de contrôle. J’ai un regard financier et juridique sur les affaires, je gère les relations avec les sponsors, la logistique… Cela nécessite beaucoup d’anticipation et d’adaptation. Jusqu’à récemment il n’y avait pas de femmes. C'est nouveau. Cela évolue, il y a beaucoup plus de femmes et heureusement !"

F. N. : Tout au long de votre carrière de skipper et de team manager, vous n’avez jamais ressenti de freins du fait d’être une femme ?

A. C. : "Jamais ! J’ai été formée à l’école Florence Arthaud alors ce n’était pas vraiment le genre à se laisser faire, mais non je n’ai jamais ressenti de freins ou de problèmes à ce niveau-là. Je pense que la voile est un des rares sports où la mixité se passe bien et c’est tant mieux."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.