Les gardiens discrets de nos rivages, partie 2

Culture nautique
Vendredi 4 juin 2021 à 6h32

Les ouvrages de fortification de notre patrimoine maritime veillent sur nos navires et réjouissent la vue... découvrons les oubliés de l'île d'Aix.

Fort de la Sommité
Les ouvrages de fortification de notre patrimoine maritime veillent sur nos navires et réjouissent la vue... découvrons les oubliés de l'île d'Aix.

Le fort Liédo

Il devrait ravir la vedette à Fort Boyard ! Quand on considère le plan initial présenté à l’Empereur, le fort de la sommité, c’était son nom de baptême, était conçu pour dominer les pertuis et manger le nord de l’île d’Aix. Si le projet avait été réalisé comme on peut le voir sur le plan qui accompagne ce texte, c’eut été l’ouvrage le plus important des fortifications des défenses côtières projetées en 1810 : son enceinte s’étendait de l’Anse du Saillant à l’anse des Fougères …elle mesurait presque un mille marin de développé !

Nautisme Article
Mairet, plan de l'île d'Aix avec le fort Liédot en projet 1814

Regardez attentivement ce plan initial. Le témoignage de cette ambition se limite, « uniquement » de nos jours, au « petit » carré central qui couvre quand même un hectare. De ce vaste projet n’a en effet été construit que le cœur du dispositif : un fort unique, révolutionnaire magnifique… et inutile.

Unique car c’est le seul exemple de Fort Modèle A version 1811. C’est aussi le centre du dispositif de protection des pertuis commandés à la suite du désastre des brûlots. L’ingénieur Duvigneau dès novembre 1809 développe un schéma général de protection des pertuis Dans le sens horaire et partant du continent ces sont à l’Est : la tour St Jean de Châtelaillon type tour modèle N°2, et le Fort Enet ; à l’ouest ce sont deux tours modèles N°1 à la pointe de Boyardville et à la pointe des Saumonards et bien sûr Fort Boyard.

Novateur à la suite de Montalembert

Révolutionnaire car sa conception rompt totalement avec la tradition de Vauban. Elle s’inspire largement des théories de Montalembert qu’il avait mis en œuvre pour le fort de la rade dans cette même île d’Aix à la fin des années 70. En dépit d’essais de tirs particulièrement démonstratifs ce projet n’avait pas été retenu, à tort, et Montalembert en avait conçu une grande amertume.

L’ingénieur Thuillier dès 1810, sur les instructions de Napoléon, aura l’occasion de mettre en chantier l’œuvre du visionnaire.

 Qu’est-ce qui rend cette conception totalement novatrice ?

Sur presque cent mètres de longueur, le bâtiment est très ramassé et ne dépasse pas sept mètres de haut. Ainsi le fort de la Sommité, comme l’avait décidé Napoléon en 1808, siège à l’endroit le plus élevé de l’île : il domine l’horizon, mais il n’est pas visible et voilà ce qui est nouveau !

Il en devient beaucoup moins vulnérable aux tirs directs qui passent au-dessus ou s’épuisent dans le remblai. Pour les tirs « en cloche » le fort est casematé et vouté à l’épreuve des bombes. On eut l’occasion en 1863, sous les ordres du colonel Liédot, le fils de l’ingénieur du génie à qui l’ouvrage doit son nom, de valider l’excellence de la résistance du dispositif, le fort servant de cible dans le cadre de l’expérimentation des nouveaux canons rayés.

Par contre pour ce qui est de tirer au canon à partir de ce type d’ouvrage les détracteurs, arguaient qu’au premier coup d’un de ces canons protégés par ces murs et ces plafonds, les servants seraient asphyxiés. C’était oublier que l’entrepont des bateaux qui accueillent les bouches à feu est beaucoup moins spacieux et que les systèmes de ventilation sont efficaces.

Magnifique le fort l’est d’abord par ces dimensions : le réduit est un carré de 90 mètres de côté, bastionné aux quatre coins. Quatre casemates peuvent accueillir jusque 600 hommes. La cour intérieure mesure 30 mètres de côté. Il est prévu d’installer sur les terre-pleins recouverts de terre et auquel on accède par deux escaliers, des pièces d’artillerie destinées à allonger la portée efficace des canons.

Magnifique il l’est surtout par sa construction : la pierre de Saint Savinien est travaillée avec énormément de soin et les appareillages remarquables, comme on peut s’en rendre compte dans ces pièces voutées à l’acoustique parfaite.

Inutile enfin car son histoire n’est qu’une succession de difficultés techniques à résoudre, puis de difficultés financières, et même de difficultés guerrières puisque jamais l’ennemi ne viendra s’offrir aux tirs du redoutable du Fort de la Sommité…. Il nous reste fort heureusement un joli but de promenade.

Le fort de la Sommité : un destin russe

Nautisme Article
Vestiges du fort de Bomarsund

Le ci-dessous Fort de la Sommité semblait destiné, du haut des monts Aixois, à entretenir d’étranges relations avec la plaine russe :

Son nom d’abord : Liédot, officier du génie s’est fait remarquer par Bonaparte en Italie comme en Egypte. L’Empereur nomme l’ouvrage en décembre 1812 en mémoire du chef d'état-major du Génie de la Grande Armée qui succomba des suites de ses blessures à la bataille de Witepsk le 27 juillet 1812 durant la campagne de Russie (1).

Nous sommes en 1854, des russes, des vrais, et mille débarquent dans l’île pour être incarcéré dans le fort Liédot. Napoléon III détient ainsi les prisonniers qui se sont rendus à la suite de la capitulation de la forteresse de Bomarsund en Finlande qui tombe en aout sous les coups de l’action combinée des troupes anglo-française durant la guerre de Crimée (2).

En avril 1916 le tsar Nicolas III envoie, à la demande de son allié français, 45 000 hommes sur le front occidental. Ils participent à l’offensive meurtrière de Nivelle au Chemin des Dames et se constituent en comité de soldat le 1er mai 1917, réclamant leur retour en Russie où l’empereur a été destitué. Ils sont acheminés, avant que la situation ne se dégrade, dans un camp en Creuse, à la Courtine. On leur a laissé leurs armes ! Ils se mutinent. Après trois jours de combat et plus de cent morts la rébellion est maitrisée le 19 septembre 1917. Les 81 meneurs sont envoyés en détention au fort Liédot. Trois d’entre eux se noieront en tentant de s’échapper. Ils sont enterrés au cimetière d’Aix (3).

On peut juger aussi par là des alliances et des ennemis de la France en un siècle : En 1812 nous étions en guerre contre la Russie, alliée de l’Angleterre. En 1854, les anglais étaient cette fois ci nos alliés et toujours contre la Russie. En 1916 les trois nations : française, anglaise et russe étaient coalisées contre les empires centraux… Il y a matière à réflexion !

La redoute de Coudepont

Vous aurez beau chercher, il n’est pas certain, à moins de flâner sur l’estran, que vous l’aperceviez : la batterie de Coudepont se cache dans la frondaison. C’est à la pointe Nord Est de l’ile d’Aix, là où, aux premiers rayons du renouveau, embaume le jaune mimosa.

Sur le plan dressé en 1703, elle est pourtant bien là, dessinée par Vauban.

1703 c’est l’année de la création du Te Deum de Marc Antoine Charpentier, alors frappez tambours et résonnez trompettes pour célébrer, avec cette musique que toute l’Europe connait, la naissance de la Redoute de Coudepont (4)

Elle n’empêchera pas cette redoute l’invasion anglaise de 1757. On recommence tout.

Filley, directeur des fortifications en 1763, propose un projet d’ensemble avec la création de trois redoutes sur la côte : Coudepont, Réchignard et à l’anse des Fougères. Sans suite.

L’Empereur Napoléon, reprend le dossier, ce seront huit batteries destinées à mettre l’île à l’abri d’une nouvelle incursion anglaise : Bois Joli, Jamblet, anse des Fougères, Sainte Eulard, Réchignard, 3 Quartiers, Coudepont et Petites Maisons.

L’ingénieur Malescot en charge du projet réduit le nombre des redoutes indispensables pour surveiller les points de l’île susceptibles d’un débarquement : la pointe de Coudepont, saint Eulard et Fougères avec une garnison estimée entre 150 et 200 hommes. Il faudra attendre l’Affaire des Brulots pour qu’enfin, en 1810, les travaux soient ordonnés.

La batterie de Coudepont a dans la stratégie du moment un double avantage : outre qu’elle est censée empêcher un débarquement dans cette partie de l’île, elle permet aussi en croisant ses feux avec ceux du fort Enet de fermer efficacement la passe d’Enet, le fort Liédot étant trop éloigné pour être efficace, la portée des canons ne le permettant pas …encore.

Comment se présentait l’ouvrage ?

Etablie à 550 mètres des saillants du bastion de l’enveloppe de terre du fort Liédot, la batterie est entourée par un fossé non revêtu. Elle domine la campagne environnante de 3 mètres et les hautes mers de 8 mètres.

Nautisme Article

De plan semi-circulaire d’un développé de 45 mètres, elle est fermée à la gorge par une ligne avec un redan à la pointe duquel est construit un bâtiment crénelé mais non voûté renfermant le corps de garde et un magasin à poudre. En 1814, 3 canons de 24 arment la batterie.

Durant la Restauration, son entretien est quelque peu délaissé, mais le regain de tension entre la France et l’Angleterre ouvre une nouvelle phase d’activité. Un projet complet de réaménagement voit le jour en 1846 : le parapet est complètement réaménagé, un masque de terre est établi, un corps de garde est construit pour pouvoir accueillir 50 hommes, et la batterie est armée de 10 pièces d’artillerie. (5)

En 1865, la mise au point de l’artillerie rayée bouleverse les données, la portée des tirs est triplée. Le fort Liédot restauré est réarmé : il suffit à lui seul dorénavant à garder la passe d’Enet. La batterie de Coudepont devient pratiquement inutile.

Nautisme Article

Laissons le mot de la fin au Docteur Jean Claude Flandrin (5):

« La batterie de Coudepont, désarmée, déshabitée…oubliée…est proposée par l’Administration des Domaines à la location en 1935.

Mon grand-père, Maurice Flandrin, ancien officier de marine, devient locataire au titre d’un bail emphytéotique de 99 ans dont une clause stipule cependant qu’en cas de conflit l’ouvrage redeviendrait la propriété de l’état : ce fut le cas à la déclaration de guerre de 1939. Cinq années passeront jusqu’à la capitulation des forces de l’Axe.

Mon grand-père, veuf et malade, renonça à renouveler le bail qui lui était à nouveau proposé. Dès lors, après un long moment d’inoccupation, l’administration des Domaines mit en vente le terrain de la batterie et son corps de garde qui devint la propriété des frères Ravet. Ces deux frères, amoureux de la nature, écologistes avant l’heure, mirent toute leur énergie à défricher, planter, entretenir transformant peu à peu une terre « de guerre » en havre de paix…paradis des oiseaux. »

Bibliographie

Ouvrages généraux :

- Philippe Prost in Fauchère N., Prost P., Chazette A, Le Blanc F-Y Les fortifications du littoral : la Charente maritime, Patrimoine médias Chauray 2000

- Pierre-Antoine  Berniard: Histoire de l’Ile d’Aix JM.Bordesoulles St Jean d’Angely 2006

- Philippe Foucault L’Ile d’Aix, Fort Liedot, Actes sud 1997

1) Eugène Labaume Relation complète de la campagne de Russie Paris 1816 consultable sur Google.

2) Le fort Liédot (17) http://www.cheminsdememoire.gouv.fr.

3) Rémi Adam Histoire des soldats russes en France 1915-1920 - Les damnés de la Guerre, 1993 l ' Harmattan 

4) Marc Antoine Charpentier « Te Deum » https://www.youtube.com/watch?v=I3LIlzPtsmw

5) Jean Claude Flandrin in « Bulletin N°6 de la société des Amis du Commandant Lucas » Fouras 2010

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.