Tout savoir sur l'antifouling ou comment bien préparer la carène

Jeudi 1 mars 2018 à 15h35

Au fil des années, en particulier lorsque l’on utilise des antifoulings à matrice dure, les couches s’accumulent sous la coque du bateau donnant à la carène un aspect granuleux pas vraiment propice à une bonne glisse. Pour lui redonner son aspect d’origine plusieurs solutions sont envisageables. Elles vont du nettoyeur haute pression à l’hydrogommage.

Le nettoyeur haute pression permet d'ôter un maximum de salissures mais pas les couches d'antifouling à matrice dure. ©Albert Brel
Au fil des années, en particulier lorsque l’on utilise des antifoulings à matrice dure, les couches s’accumulent sous la coque du bateau donnant à la carène un aspect granuleux pas vraiment propice à une bonne glisse. Pour lui redonner son aspect d’origine plusieurs solutions sont envisageables. Elles vont du nettoyeur haute pression à l’hydrogommage.

Ce qu’il faut faire dès la sortie de l’eau

Dès la sortie de l’eau du bateau, il est nécessaire d’ôter sans attendre les coquillages, algues et détritus qui ont pris possession de la carène. Si l’on attend ne serait-ce que quelques heures, il sera beaucoup plus difficile de le faire. Dans les zones à marées, la majorité des plaisanciers font eux-mêmes le carénage soit en s’échouant sur une aire réservée à cet effet soit en faisant appel à un professionnel (grue, travelift) qui sort le bateau de l’eau et le cale ou le place sur un ber sur une aire de carénage. Cette deuxième solution est celle retenue dans les zones sans marées. Une fois l'embarcation hors de l’eau, il faut sans attendre effectuer le nettoyage de la carène. Là, le plus efficace est le nettoyeur haute pression mais il n’ôtera pas toutes les salissures, en particulier les petits coquillages. Pour ces derniers, la raclette manuelle reste la meilleure solution.

Nautisme Article
Le carénage doit se faire une aire réservée à cet effet !© Albert Brel

L’examen de la carène, du passe-coque, de l’arbre, de l’hélice, des anodes, etc.

Une fois la carène nettoyée, il faut vérifier les passe-coques (sorties et entrées d’eau), ôter les coquillages qui y ont élus domicile, mais aussi l’arbre, l’hélice, la chaise, l’embase ainsi que les anodes. Il est normal que celles-ci dites sacrificielles se dégradent et soient changées une fois par an. Reste l’examen de la carène. Si vous utilisez un antifouling à matrice dure, ses éléments actifs se sont plus présents mais une couche de peinture reste sur la carène. Au fil des années, les couches se superposent et forment une épaisseur rugueuse qui est néfaste à la marche du bateau et augmente la consommation de carburant. Avec un antifouling auto-polissant, ce phénomène est moins sensible. Ce produit, lorsque le bateau navigue, se dilue dans la mer. Suivant l’épaisseur de l’ancienne peinture sur la carène, il arrive un moment où il faut la remettre à nu.   

Revenir au gelcoat d’origine

Si vous envisagez un traitement osmose curatif, la carène doit être remise à nu. Là, pas d’alternative, il faut tout ôter y compris le gelcoat, afin que la fibre puisse sécher. Pour le faire plusieurs solutions existent telles que le brûlage, le sablage ou plus généralement le rabotage. Pour simplement enlever les couches d’antifouling, deux solutions permettent un nettoyage efficace : l’hydrogommage et l’aérogommage.

L’hydrogommage et l’aérogommage : les solutions pour revenir au gelcoat d’origine

Nautisme Article
L'aérogommage est une technique efficace pour remettre une carène à nu mais il ne peut être effectué que par un professionnel.© Albert Brel

C’est un procédé qui permet de nettoyer naturellement une surface en projetant, à basse pression (0,3 à 5 bars), un mélange d’eau et de granulats très fins (particules minérales ou végétales). Ce mélange est véhiculé vers la buse d’un pistolet dont la chambre transforme la force pneumatique en énergie tourbillonnaire (effet Vartex). Ce tourbillon se déplace parallèlement à la surface à nettoyer sans altérer le support. Cette technique qui respecte l’environnement et les surfaces traitées, est largement employée pour nettoyer les monuments historiques, les chaînes de fabrication alimentaire, les tags, graffitis et affichages sauvages, et, depuis quelques années, est adoptée dans le domaine de la plaisance. Dans le cas de l’aérogommage, la projection du granulat se fait avec de l’air, toujours sous faible pression (0,2 à 10 bars). Une carène ainsi traitée redevient parfaitement lisse et le gelcoat aussi brillant que sur un bateau neuf. A ce stade, on a tout loisir de l’examiner, de mesurer son taux d’humidité et de détecter d’éventuelles traces ou cloques d’osmose. Dans la majorité des cas, il n’y a que quelques petites reprises de gelcoat à effectuer avant de la recouvrir d'antifouling soit directement soit en appliquant avant une sous-couche d’adhésion (primaire). Ces deux procédés nécessitent un appareillage spécifique que seul un professionnel possède. Si vous pensez faire un tel traitement, le mieux est de vous adresser aux spécialistes de votre région. Ce sont, bien souvent, des sociétés indépendantes qui se déplacent avec leur matériel sur les aires de carénage adaptées. Pour éviter toute pollution, les produits utilisés (granulats et peinture antifouling) doivent être récupérés, de même que l’eau dans le cas de l’hydrogommage.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.