X Shore : un nouveau concept de bateau 100% électrique

Jeudi 23 mai 2019 à 16h03

Ce chantier suédois a exposé dans les derniers salons nautiques son bateau 100% électrique. Nous avons déjà parlé du modèle Eelex 6500 à l'occasion du Boot de Düsseldorf. Cette fois, nous avons pu voir et naviguer en avant-première à Palma sur le Eelex 8000 et nous entretenir avec le PDG fondateur de X Shore, Konrad Bergström, sur les raisons qui l’ont poussé à développer ce bateau atypique et innovant.

La coque légère, élément essentiel pour une bonne glisse, est conçue pour absorber l'air sur les côtés et créer ainsi, à l'exemple d'un hydroglisseur, une couche d'air entre la coque et l'eau. ©Albert Brel
Ce chantier suédois a exposé dans les derniers salons nautiques son bateau 100% électrique. Nous avons déjà parlé du modèle Eelex 6500 à l'occasion du Boot de Düsseldorf. Cette fois, nous avons pu voir et naviguer en avant-première à Palma sur le Eelex 8000 et nous entretenir avec le PDG fondateur de X Shore, Konrad Bergström, sur les raisons qui l’ont poussé à développer ce bateau atypique et innovant.

Une conception qui ne laisse pas indifférent

Beaucoup pense que pour réaliser un bateau électrique, il suffit de prendre des batteries, un variateur de vitesse et une transmission et cela fonctionne. C’est ce que l’on retrouve couramment de l’électroménager à l’outillage en passant par les hors-bords électriques. En pratique, sur un bateau, si on veut optimiser au mieux la propulsion, la mise en œuvre est beaucoup plus complexe. Pour la réalisation de ses bateaux, X Shore a fait appel à des spécialistes auxquels on n’a pas coutume en plaisance (Rolls Royce, Chalmers University) et, pour la production, au chantier suédois Storebro. Lorsque l’on parle de Rolls Royce, on évoque les voitures de luxe mais ce n’est pas la seule activité de cette société. Depuis plus de 40 ans, elle possède son propre centre de recherche en hydrodynamique équipé de deux tunnels de cavitation. C’est pour cette raison que X Shore a fait appel à cette société pour calculer et valider le système de propulsion. Quant à Chalmers University (Göteborg Suède), cette université est classée parmi les 100 meilleures universités au monde spécialisées dans la recherche de pointe, en particulier, en hydrodynamique. C’est pour cela que X Shore a collaboré avec les élèves et les professeurs pour modaliser au mieux le bateau. Reste la construction, elle a été confiée au chantier suédois Storebro connu depuis plus de 70 ans pour la réalisation de bateaux prestigieux haut de gamme.

Entrons dans les détails

Les scandinaves nous ont habitué à des lignes pures, minimalistes, modulables tout en restant pratiques. On retrouve ce concept sur les bateaux X Shore. La coque légère, élément essentiel pour une bonne glisse, est conçue pour absorber l’air sur les côtés et créer ainsi, à l’exemple d’un hydroglisseur, une couche d’air entre la coque et l’eau. La coque agit comme un semi-hydroptère qui soulève partiellement la coque hors de l’eau en fonction de la vitesse. Il s’ensuit une surface mouillée minimum qui a pour conséquence une vitesse plus importante et une consommation en énergie moindre. Côté motorisation, le moteur (Eel motor), fabriqué en Suisse d’une puissance maximum de 220 KW, est placé à l’avant du bateau. Il est combiné à une boîte de vitesse magnétique (variateur) sans friction afin de réduire le bruit. La propulsion est assurée par un long arbre droit parallèle à la coque qui part du 1/3 avant du bateau pour être maintenu après par une chaise accouplée à l’hélice (Rolls Royce). L’énergie est fournie par un parc de batteries Lithium (Kreisel Autriche) d’un poids de 700 kg et d’une puissance de 120 kWh. Pour le bon équilibre des poids, le parc de batteries est placé au centre du bateau, les moyens de recharge, les systèmes de régulation et l’électronique de gestion le sont de part et d’autre de ce parc.

Nautisme Article
Le poste de pilotage surélevé avec vision panoramique se situe au centre du bateau. Il est abrité sous un binimi rigide.© Albert Brel

Un poste de commande panoramique

Le poste de pilotage surélevé avec vision panoramique se situe au centre du bateau. Il est abrité sous un binimi rigide, dont le toit peut tenir lieu de rangement pour les accessoires (surf, canne à pêche, etc.). Le pilote a à sa disposition un grand écran de contrôle de 24 pouces (navigation, consommation, autonomie, etc.). La commande moteur se fait par un bouton rotatif (recouvert de liège) situé à tribord. Un propulseur (hydraulique) avant/arrière sert pour les manœuvres de port.

Conception modulaire et fonctionnelle

L’aménagement est très high-tech. La version qui nous été présentée, outre le poste de pilotage, était équipée de 4 sièges (fixés au plancher). L’ensemble du pont, le liston, les mains courantes sont recouverts de liège. En principe, l’accès au bateau se fait par l’avant qui dispose de larges marches pour accéder au cockpit avec un franc bord profond et sécurisant. L’aménagement (fixé sur des rails) étant modulaire chacun peut le concevoir selon ses préférences.

Qui est Konrad Bergström ?

Konrad Bergström est un entrepreneur suédois, créateur de Zound Industries qui regroupe des marques aux succès internationaux (Urbanears, Marshall, …). Ses réussites commerciales (croissance rapide jamais enregistrée en Suède) lui ont valu de recevoir en 2018 la plus haute distinction suédoise la médaille des rois attribuée par la Royal Patriotic Society.

Entretien

Nautisme Article
Konrad Bergström, président de X Shore.© Albert Brel

Figaro Nautisme : "Comme nous venons de le voir vous êtes un industriel reconnu dans des domaines qui nous semble loin du nautisme ?"

Konrad Bergström : "C’est vrai, mais j’aime la mer, la nature et l’écologie et depuis de nombreuses années je voulais m’impliquer dans le nautisme. J’ai déposé le nom de X Shore sur le plan international, il y a 23 ans, ce n’était pas sans raison."

"23 ans pourquoi cette longue attente avant de concevoir des bateaux ?"

"En fait, je n’ai pas laissé en sommeil le projet pendant 23 ans. En 2012, j’ai commencé à travailler sur le projet d’un bateau électrique. En 2016, un premier prototype a été fonctionnel et, en 2018, le Eelex 8000 est à l’eau."

"Avec votre bateau, vous sortez du circuit des chantiers traditionnels ?"

"C’est vrai, nous croyons au changement, mais nous ne sommes pas là pour réinventer la proue. Ce que nous avons voulu, c’est sortir un bateau innovant, en appliquant à la construction nautique des nouvelles technologies, en particulier, sur le plan de la propulsion propre."

"Ce bateau est le fruit d’une longue réflexion de votre part. Mais, pour la réalisation concrète avez-vous eu du mal à trouver des partenaires ?"

"En pratique, je me suis tourné vers des spécialistes qui ont bien compris l’enjeu. C’est le cas de Rolls Royce, de Chalmers University et du chantier Storebro. Pour les composants actifs (batteries, moteur) on s’est tourné vers les produits qui nous semblent les plus fiables à ce jour."

"Votre bateau a un coût, pratiquement 250 000 euros pour un 8 m et une utilisation qui reste limitée, est-ce un frein pour la vente ?"

"Nos clients particuliers qui ont bien compris le concept (absence de bruit, entretien minimum, vitesse, coût réduit en navigation) ne raisonnent pas nécessairement en termes de prix. Prix qui aura tendance à baisser, notre objectif est de proposer le 6.5 m à moins de 100 000 euros dans cinq ans. Quant aux professionnels, ils y voient un intérêt certain pour de nombreuses applications."

Notre avis

Cette présentation sur l’eau, les entretiens avec le président de X Shore et les ingénieurs, nous ont permis de bien comprendre le concept et la finalité du projet. Ce bateau d’un concept nouveau va dans le sens de la préservation des océans. Ce premier modèle X Shore s’adresse à des plaisanciers qui sortent à la journée et qui recherchent confort, silence et économie (10 fois plus économique qu’un moteur thermique) ainsi qu’aux professionnels (navettes, visites de sites, etc.). Mais, il faut être conscient, comme nous l’a laissé entendre son concepteur, que la même base peut être appliquée à des embarcations plus importantes voire habitables. Reste les performances. Dans un prochain article, nous vous donnerons toutes les performances (vitesse réelle, confort, autonomie en fonction de la vitesse, etc.).

Fiche technique :

Longueur : 8 m

Largeur : 2,60 m

Tirant d'eau : 0,80 m

Poids : 2 200 kg

Charge maximale : 2 500 kg

Puissance moteur : 220 kW

Propulseur : proue / poupe

Batteries : 120 kWh

Temps de charge : 8 à 12h

*Vitesse maximum : 40 noeuds

*Autonomie à 25 noeuds : 2h50

*Autonomie à vitesse réduite : 100 milles

Prix : 249 000 euros

*Données du chantier. Dans un prochain article, nous vous donnerons les valeurs mesurées.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.