Alain Thébault, cofondateur du SeaBubbles : « l'avenir, c'est pas de bruit, pas de vagues et pas de pollution »

Economie
Vendredi 3 juillet 2020 à 6h30

Reconnu pour ses records de vitesse à bord de l'Hydroptère, Alain Thébault est aussi un architecte naval et un entrepreneur averti. A la tête d'une start-up soutenue par une holding suisse, il conçoit et développe les fameux SeaBubbles, des bateaux volants électriques sur foils et bientôt des FlyBus. Explications.

Alain Thébault a battu plusieurs records de vitesse à la voile à bord du fameux Hydroptère. ©Francis Demange
Reconnu pour ses records de vitesse à bord de l'Hydroptère, Alain Thébault est aussi un architecte naval et un entrepreneur averti. A la tête d'une start-up soutenue par une holding suisse, il conçoit et développe les fameux SeaBubbles, des bateaux volants électriques sur foils et bientôt des FlyBus. Explications.

Comment est née l’aventure SeaBubbles ?

« Après le record mondial de vitesse à la voile à plus de 50 nœuds (en 2009), j’ai souhaité traverser un océan. J’ai vendu mon appartement parisien pour m’installer pendant un an à San Francisco et ensuite j’ai effectué cette traversée entre Los Angeles et Hawaï. A ce moment là, je me souviens d’une phrase du Prince Albert II de Monaco qui disait : les records n’ont plus vraiment de sens, ce qui compte c’est de raconter une histoire. L'une est portée par le soleil, l’autre par le vent car je suis allé à la rencontre de Bertrand Piccard (aéronaute suisse). Sur cette traversée, j’ai eu un choc car je me suis retrouvé sur un mer de détritus, c’était épouvantable. En arrivant à Hawaï, mes trois filles m’ont dit que ce je faisais ne servait à rien, je devais me rendre utile pour la planète. Vouloir aller plus vite était très bien pour mon ego mais ne servait à rien ! J’ai eu un véritable déclic. On va le faire sans polluer, sans bruit et sans vagues. Faire voler un bateau permet de diminuer de 30 à 40% les frottements ou les freins. Le projet SeaBubbles est né sur ce ponton à Hawaï avec mes filles et Bertrand Piccard…»

Nautisme Article
© Francis Demange

Et la suite du projet ?

« J’ai créé cette start-up puis on a rapidement démarré avec des prototypes de taille réduite aidé par des amis à la retraite de Dassault (Groupe Figaro) et Airbus. Anne Hidalgo nous a manifesté son soutien car dans la capitale française il n’y a sur l’eau que des bateaux avec de gros moteurs diesel. La Maire de Paris a navigué à bord mais le prototype manquait encore un peu de stabilité et on n’arrivait pas à régler la vitesse de décollage puis le passage dans le clapot. On a dû passer aux commandes de vol électriques, comme sur un avion, avec des foils en T. Pour ce type de projet et de dessins, tout se fait au caran d’Ache et se termine sur Catia (NDLR : logiciel informatique CAO 3D). Cette étape de commandes de vol électriques a vraiment été décisive, le bateau fonctionne parfaitement même avec des personnes de forte corpulence à bord ou alors avec un fort vent de travers.

Nautisme Article
© Francis Demange

Par la suite, j’ai eu une divergence avec mon associé suédois de l’époque et mon équipe, sur l’autonomie du SeaBubbles. On ne peut pas vendre cet engin 200-250 000 euros avec une ou deux heure(s) d’autonomie. De ce constat sont arrivés de nouveaux actionnaires et un nouveau business-plan pour basculer vers l’hydrogène qui est le pétrole de demain. Pour 3-4 minutes de charge du SeaBubbles, vous allez obtenir 2h30 d’autonomie… »

Nautisme Article
Le SeaBubbles dispose de commandes de vol électriques pour une meilleure stabilité dans le clapot. © Francis Demange

Quand pourrons-nous voir des SeaBubbles en activité ?

« A ce jour, nous avons déjà eu six ventes signées : quatre en France (dont une à Lyon) et deux en Suisse. D'ici l’été, nous aurons eu 20-25 commandes fermes. Les marchés importants pour nous sont les Etats-Unis et les Emirats arabes unis mais nous avons aussi des discussions en cours avec plusieurs pays. On nous réclame aussi des bus, c’est-à-dire des SeaBubbles plus grands en termes de capacité d’accueil. J’ai donc dessiné un FlyBus, une unité de 12 places avec toujours des commandes de vol électrique et des foils rétractables. Le SeaBubbles a bien pris son envol et on pense déjà à des versions FlyBus de 12, 32 ou 48 places notamment pour les Etats-Unis sur Miami et San Francisco. Ce sont des unités qui volent et sont alimentées en hydrogène. »

Nautisme Article
Sorte de bateau volant, cet engin "made in France" fonctionne avec un moteur à hydrogène, silencieux et non polluant. © Francis Demange

Comment s’organise la fabrication des SeaBubbles ?

« J’ai souhaité rapatrier la fabrication en France, particulièrement dans la région Rhône-Alpes-Auvergne et je m’y suis engagé. Notre bureau d’études est installé à Annecy (Haute-Savoie) au bord de l’eau et je viens d’embaucher plusieurs personnes pour accélérer notre activité. Ce projet est l’activité de demain car on ne peut pas opposer l’économie à l’écologie. »

Nautisme Article
Le FlyBus permettra de transporter sur les fleuves et lacs jusqu'a 48 passagers...

Comment voyez-vous le futur dans ce domaine ?

« L’avenir du transport fluvial, c’est pas de bruit, pas de vagues et pas de pollution ! Cela devient un enjeu important pour toutes les grandes villes du monde entier. D’une manière générale, tous les bateaux de transport de passagers voleront dans les années futures ! Je suis porteur d’une idée qui me dépasse... »

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.