Transat en double : bulletin météo du 18 mai

Course au large
Mardi 18 mai 2021 à 9h20

Ce mardi, au large du Maroc, un fort régime instable de vent de secteur nord dominant piloté par un vaste anticyclone à 1027 hPa au nord-est des Açores et des dépressions mobiles circulant sur le sud du Maroc tend à faiblir partiellement au nord des Canaries. En altitude, la présence d’une goutte froide venant se positionner au sud des Canaries déstabilise encore plus la masse d’air.

©Alexis Courcoux
Ce mardi, au large du Maroc, un fort régime instable de vent de secteur nord dominant piloté par un vaste anticyclone à 1027 hPa au nord-est des Açores et des dépressions mobiles circulant sur le sud du Maroc tend à faiblir partiellement au nord des Canaries. En altitude, la présence d’une goutte froide venant se positionner au sud des Canaries déstabilise encore plus la masse d’air.

Mercredi, l’anticyclone à 1026 hPa entre les Açores et le Portugal marque des signes de faiblesses. Il se rétracte en longitude et s’étend désormais en un axe de hautes pressions entre le sud des Açores et le golfe de Gascogne. Des dépressions continuent de circuler sur le sud du Maroc, où la goutte froide vient s’isoler.

Jeudi, l’axe de hautes pressions se rétracte en latitude en pivotant vers un axe sud-ouest/nord-est. La goutte froide, précédemment au sud des Canaries, se décale légèrement vers l’est.

A partir de vendredi, l’alizé au sud-ouest des Canaries reprend de la vigueur grâce à l’arrivée d’une perturbation et d’une masse d’air froid à l’ouest du Portugal.

Conditions météo en mer :

L’ensemble de la flotte a profité de conditions de vents portants favorables durant ces dernières 24h pour faire de la vitesse en direction du nord des Canaries. Malgré l’instabilité du fort vent de nord-nord-est, nombreux ont pu progresser entre  13 et 14 nœuds alors que les plus attardés, désormais pointés à plus de 220 milles pour le dernier, avançaient deux fois moins vite.

Ils sont désormais 14 bateaux regroupés à l’est de Madère, avec un écart latéral de 60 milles entre le plus à l’ouest et son concurrent le plus à l’est. La navigation et la stratégie restent délicates car le vent, en plus d’être fort, est très variable en direction. Cette situation oblige les skippers à une vigilance accrue pour guetter les moindres variations de vent, optimiser les réglages des voiles et affiner leur stratégie d’empannage. Malgré la baisse partielle du vent ce mardi à l’approche des Canaries, cette vigilance va continuer de s’imposer.

Mardi 18 mai

C’est sous un vent toujours instable, et variant entre le secteur nord et le nord-est, que les 14 bateaux regroupés vont poursuivre leur route vers l’archipel des Canaries. Ce matin, ce vent va continuer de souffler entre force 6 et 7 beaufort selon la position en longitude des concurrents. Pour les attardés, les conditions seront toujours moins soutenues que pour le reste de la flotte. Dans un vent instable de secteur nord-est, d’un à deux crans moins forts que pour ceux de devant, leur progression sera moins rapide. Dans ce contexte, les écarts déjà importants devraient encore se creuser.

A l’approche des Canaries cette après-midi, les conditions générales vont évoluer. Après le soleil de ces dernières 48h, le temps deviendra nettement plus changeant en raison de la proximité de la goutte froide d’altitude au sud des Canaries. Cette situation va renforcer l’instabilité de la masse d’air et le risque de développements d’averses localisées, de grains et très localement d’orages. Le vent de secteur nord-nord-est force 6 beaufort faiblira ensuite en fin de journée et soirée jusqu’à force 5 beaufort. Sa baisse se poursuivra la nuit prochaine pour descendre jusqu’à 4 beaufort lors de la traversée de l’archipel, que la plupart des bateaux effectueront entre la fin de nuit et le début de matinée de mercredi.

Cette traversée est toujours potentiellement piégeuse en raison de la multitude d’îles et leur relief élevé. La situation favorise toujours la formation de dépressions au sud de certaines îles et le renforcement du vent par effet d’accélération entre d’autres îles. Ce sera encore le cas cette nuit où l’on observera de fortes variations du vent. Celui-ci s’abaissera localement à 3 beaufort ou bien s’accélérera jusqu’à 6 beaufort, avec des rafales pouvant atteindre 30 nœuds. Si les marins devront laisser la marque de passage de La Palma à tribord, libre à eux de choisir la meilleure route pour traverser l’archipel. La situation météorologique ne semble pas dégager cependant de grandes différences entre les îles, à l’exception probablement d’un vent plus soutenu et durable pour un passage à l’est. L’heure d’arrivée précise sur l’archipel et les tactiques choisies feront la différence.

Mercredi 19 mai

C’est dans un vent de secteur nord-nord-est autour de force 5 que la flotte s’extirpera de la traversée de l’archipel. Il leur permettra de mettre le clignotant à droite..direction les Antilles. Progressant tribord amure, la situation ne favorisera cependant pas encore une route directe. Au contraire, ils devront dans un premier temps progresser au sud de l’orthodromie en multipliant les empannages. Dans un temps toujours instable, avec des grains menaçants, les manœuvres seront toujours délicates. Le vent ne devrait pas trop évoluer en force au cours de cette journée, mais il tendra à prendre de la droite vers le nord. Ce mercredi devrait être marqué par de nouvelles stratégies, entre les partisans d’une route plus ou moins éloignée de celle directe vers l’arrivée.

Jeudi 20 mai

Avec le rapprochement de l’axe de hautes pressions au nord, le gradient de pression se desserrera sur la route des concurrents. Il engendrera une baisse de l’alizé instable. Le vent moyen s’établira à 4 beaufort, mais toujours avec d’assez fortes variations entre le matin et l’après-midi à la faveur de l’évolution diurne. Les rafales pourraient atteindre 25 nœuds. La masse d’air toujours instable favorisera la persistance du risque de grains.

Vendredi 21 mai

Le vent devrait reprendre un peu de vigueur à la faveur de l’arrivée progressive d’une masse d’air froid au large du Portugal.

Retrouvez toutes les prévisions météo sur METEO CONSULT.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.