Interview S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco « Il était important pour nous de donner l'impulsion vers un yachting durable »

Culture nautique
Vendredi 11 juin 2021 à 6h30

A l'occasion de notre dernier hors-série, nous avons eu l'honneur de poser quelques questions à S.A.S Le Prince Albert II de Monaco. Nous avons abordé plusieurs sujets qui lui tiennent à coeur : sa Fondation qui fête ses 15 ans, mais aussi ses souvenirs de voile, le Yacht Club de Monaco ou encore le récent exploit de Boris Hermann lors du dernier Vendée Globe. Morceaux choisis.

©Guillaume Plisson
A l'occasion de notre dernier hors-série, nous avons eu l'honneur de poser quelques questions à S.A.S Le Prince Albert II de Monaco. Nous avons abordé plusieurs sujets qui lui tiennent à coeur : sa Fondation qui fête ses 15 ans, mais aussi ses souvenirs de voile, le Yacht Club de Monaco ou encore le récent exploit de Boris Hermann lors du dernier Vendée Globe. Morceaux choisis.

Figaro Nautisme : La Fondation fête ses 15 ans cette année. Pouvez-vous, Monseigneur, nous dresser un bilan des actions menées au sein de votre Fondation depuis 2006, et notamment en ce qui concerne la mer ?

S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco : « Nous célébrons, cette année en effet, les 15 ans de ma Fondation et c’est un regard empreint de fierté que je porte sur le travail accompli. L’implication de ma Fondation, aux côtés de ses partenaires, a en effet permis d’agir pour préserver des espèces en voie de disparition en Méditerranée, comme par exemple le thon rouge et le phoque moine ; de faire avancer la connaissance scientifi que sur les questions climatiques – la publication du rapport du GIEC dédié à l’océan et la cryosphère en est un bel exemple ; de préserver et restaurer des écosystèmes fragiles à la fois sur terre et en mer, mais également de faire avancer les négociations internationales sur l’environnement. À ce sujet, j’aimerais souligner les actions menées par ma Fondation et le Gouvernement Princier pour faire avancer les législations liées à la haute mer au-delà des juridictions nationales. Un sujet d’une grande préoccupation auquel nous devons apporter une réponse adaptée et ambitieuse.

De ce bilan je retiendrai bien sûr les 600 projets que nous avons pu soutenir dans nos trois zones d’actions prioritaires que sont le bassin méditerranéen, les régions polaires et les pays les moins avancés. Des projets qui sont en adéquation avec nos missions principales : la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, la gestion des ressources en eau et la lutte contre la désertification. Je retiendrai également le renforcement de notre présence en Méditerranée grâce à la création de plusieurs initiatives, répondant chacune à un enjeu environnemental majeur : la lutte contre la pollution plastique avec BeMed, le développement des Aires Marines Protégées de Méditerranée, avec le fonds fiduciaire The MedFund – et plus récemment la Monk Seal Alliance dédiée à la préservation du phoque moine de Méditerranée visant à fédérer les experts afi n de mieux conserver cette espèce emblématique.

Enfin, face aux menaces pesant sur la santé des récifs coralliens, nous avons fin 2020, officialisé le lancement d’un fonds mondial appelé Global Fund for Coral Reefs, un mécanisme innovant de financement mixte consacrant des fonds publics et philanthropiques au service de la conservation et la restauration des récifs coralliens. Initié en 2018 par la Fondation Prince Albert II de Monaco et la Fondation Paul G. Allen, je suis heureux que ce fonds ait pris de l’ampleur pour devenir aujourd’hui un partenariat international unissant déjà à nos côtés des États membres, comme l’Allemagne, ainsi que des agences des Nations Unies liées à l’environnement. Ce fonds illustre parfaitement notre volonté d’oeuvrer collégialement pour préserver la santé de la planète. Au cours de ces années, notre ambition a toujours été de fédérer scientifiques, responsables politiques, acteurs économiques et représentants de la société civile autour de cet objectif essentiel. Je crois qu’en 15 ans, par nos actions, nous avons pu maintes fois démontrer que le dialogue et la concertation étaient des voies efficientes pour contribuer à un changement positif. »

F. N. : À la tête du Yacht Club de Monaco, vous êtes à l’initiative de nombreuses manifestations sportives et culturelles. Quels sont vos meilleurs souvenirs et ce dont vous êtes le plus fier ?

Nautisme Article

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco : « J’ai en effet le plaisir de présider le Yacht Club de Monaco depuis 1984 et je dois dire que les souvenirs sont nombreux, souvent liés à des rencontres avec des hommes et des femmes d’exception. J’évoquerai tout d’abord la Primo Cup, créée dès 1985, à l’occasion de mon arrivée à la présidence du Club, qui a su se développer et perdurer. C’est une belle satisfaction que d’en célébrer cette année sa 37e édition. Les plus grands marins, de la voile olympique, de l’America’s Cup ou de la course au large, ont participé à cette épreuve qui donne le coup d’envoi de la saison de monotypie en Méditerranée. 1985 a aussi été l’année du défi d’organiser pour la première fois la course Monaco-New York, qui sera remportée par le maxi-catamaran de Mike Birch après 21 jours 4 heures et 22 minutes de traversée. Je dois dire que c’est un véritable exploit sportif dont je me souviens avec beaucoup d’émotion.

Comment ne pas évoquer un autre rendezvous qui a marqué un virage important de la vie du club : la création de la Monaco Classic Week en 1994, qui est devenue une course biennale, rassemblant les armateurs des plus belles unités du yachting de tradition : canots automobiles anciens, motor-yachts d’époque et voiliers de tradition. Sans oublier l’acquisition de Tuiga en 1995 portant haut les valeurs du Yacht Club de Monaco que sont le sport, l’élégance et l’esprit d’équipe, et affirmant l’attachement de la Principauté au patrimoine maritime navigant. Le 15 M JI de 1909 s’est naturellement imposé comme l’ambassadeur maritime de la Principauté, participant aux plus grands rassemblements nautiques, comme le jubilé de l’Americas’ Cup à Cowes. Éric Tabarly, Paul Cayard, Dennis Conner, Ernesto Bertarelli, Mike Horn, Helmut Newton, Alain Ducasse… nous avons eu le plaisir d’accueillir à bord des personnalités de tous horizons, venues découvrir ou redécouvrir la navigation à l’ancienne. C’est d’ailleurs à bord de Tuiga, qu’est né le projet Malizia, à l’initiative de mon neveu Pierre Casiraghi, et du skipper Boris Herrmann. Ce projet, également soutenu par ma Fondation, a permis de combiner les exploits sportifs liés à la course au large, à bord d’un IMOCA, à la recherche scientifique en embarquant sur le voilier un appareil mesurant la teneur en CO2 de l’océan, durant les courses. Je dois dire que j’ai eu une grande fierté de voir Boris Herrmann participer avec autant de brio au dernier Vendée Globe, à bord du SeaExplorer-Yacht Club de Monaco. Après une course exceptionnelle, Boris est arrivé aux Sables d’Olonne en un peu plus de 80 jours, se plaçant dans le top 5 des navigateurs, nous faisant vivre des moments de pure joie. D’autant que les données précieuses qu’a pu récolter Boris grâce à un capteur vont désormais pouvoir aider les scientifiques à mieux comprendre encore la circulation du CO2 dans l’océan. »

Nautisme Article
Pierre Casiraghi et Boris Hermann à l'arrivée du Vendée Globe 2020© Martin Keruzoré

F. N. : Quels sont les axes de développement du Yacht Club de Monaco à l’étranger ? Comment rayonne le savoir-faire du Yacht Club dans le monde ?

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco : « Je crois pouvoir dire que le Yacht Club de Monaco, fort à la fois de ses 2 500 membres, représentant près de 80 nationalités différentes, d’un réseau de 15 clubs jumelés et d’une quarantaine de clubs réciproques, bénéficie d’un véritable rayonnement international. Ce qui est un atout pour l’attractivité et la promotion de la Principauté.

Le label « La Belle Classe Destinations » créé en 2011 témoigne du souhait du Yacht Club de Monaco d’accompagner ses armateurs dans le choix de leurs escales, en proposant une norme d’excellence en termes de qualité d’infrastructures, de services et de sécurité pour les marinas de super-yachts qui se créent à travers le monde. En partageant son expertise, en encourageant les nouveaux projets et en créant un réseau exclusif de yacht-clubs et de marinas, le Yacht Club mène une action ambitieuse, qui va bien au-delà de la Principauté, basée sur les principes fondateurs que sont l’éthique, l’environnement, l’éducation et la transmission. »

Nautisme Article
Monaco Energy Boat Challenge© Carlo Borlenghi

Propos recueillis en avril 2021.

Retrouvez cette interview en intégralité et plein d'autres contenus inédits dans notre hors-série Collection 2021 à lire gratuitement par ici !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.