L’impression 3D : l’outil de demain

Dimanche 15 février 2015 à 7h00

L’impression 3D bouleverse aujourd’hui la fabrication industrielle. Désormais appliquée à toutes sortes de matériaux (plastique, métal, céramique…) et dans de nombreux domaines (bâtiment, aéronautique, agroalimentaire, nautisme, médicale…), cette nouvelle technologie permet de créer un objet solide à partir d’un fichier numérique.

L’impression 3D bouleverse aujourd’hui la fabrication industrielle. Désormais appliquée à toutes sortes de matériaux (plastique, métal, céramique…) et dans de nombreux domaines (bâtiment, aéronautique, agroalimentaire, nautisme, médicale…), cette nouvelle technologie permet de créer un objet solide à partir d’un fichier numérique.

Les imprimantes 3D fonctionnent sur le même principe qu’une imprimante classique. En scannant ou en dessinant le modèle choisi, on crée un document 3D à partir d’un logiciel numérique, puis on envoie le fichier à l’imprimante et on lance l’impression. La machine superpose alors de fines couches de plastique (ou autre matériau) pour former l’objet en 3D. C’est le principe de la fabrication additive par opposition à l’usinage traditionnel qui procède par enlèvement de la matière. La durée d’impression peut varier en fonction de la taille de l’objet, de quelques dizaines de minutes à quelques heures, voire quelques jours. Les champs d’application sont multiples. De la pièce de rechange d’un appareil électronique à une assiette en céramique, en passant par des bonbons au chocolat, des cellules vivantes, un bateau et même une maison.


Les industriels s’intéressent de plus en plus à ce procédé qui permet de se libérer des contraintes de fabrication conventionnelle, surtout quand il s’agit de réaliser des prototypes : optimisation de matière, de temps et de coût, conception sans limite et sur-mesure. Il est possible de modifier le modèle choisi autant de fois que l’on souhaite pour vérifier sa conformité avant de lancer la production en série. L’étape classique du moulage en industrie est bien plus longue et coûteuse. Même si aujourd’hui, l’impression 3D est encore inadaptée à la fabrication de masse, en raison du coût de l’impression et des matériaux, elle offre des possibilités nouvelles aux professionnels comme aux amateurs. À la portée de tous (prix à la baisse des imprimantes 3D et facilité d’utilisation), elle permet de se réapproprier la production chez soi, et de développer son esprit de créativité et d’ingéniosité, comme l’évoque si bien l’expression anglaise Do it yourself (DIY), faites-le vous-même !

 

L’impression 3D appliquée au nautisme
D’ailleurs, il est possible de construire sa propre imprimante 3D, et de nombreux Fab Lab en proposent les plans. En 2012, un groupe d’étudiants de l’association américaine Woof (Washington Open Object Fabricators) a fabriqué une barque en plastique recyclé grâce à une imprimante 3D faite maison. Le matériau a été obtenu par le déchiquetage de 250 bouteilles de lait qui ont été introduites dans une extrudeuse. Cette dernière a permis de mouler le petit bateau couche par couche. Pour l’association, il s’agit d’un moyen efficace, simple et économe de recycler nos déchets plastiques.


Autre exemple plus récent, Jim Smith, ingénieur américain de l’entreprise 3D Systems, leader mondial des imprimantes 3D, a conçu un kayak au moyen d’une machine 3D, reconstituée dans une chambre de sa maison. Il a fallu 23 kg de plastique et 42 jours pour imprimer et assembler les 28 pièces colorées de ce kayak fonctionnel de 5 m de long, pour un coût total d’environ 430 euros.


Dans la construction nautique, Sebastian Campos Moller, un designer industriel mexicain, a mis au point un concept de bateau à voile imprimé en 3D et fonctionnant à l’énergie solaire. Le Kira Hybrid Sail-Yacht est un voilier de 40 mètres de long doté de panneaux photovoltaïques intégrés dans la nervure de la voile, qui permettent de produire de l’énergie pour alimenter les différents équipements à bord. Le voilier est constitué de plusieurs pièces détachées imprimées en 3D. Ce design innovant, simple et épuré avec un intérieur confortable, a obtenu la médaille de bronze aux International Design Excellence Awards 2014 (IDEA).

 

Transport maritime
L’impression 3D s’avère également utile aux professionnels de transport maritime. La société finlandaise Maersk, spécialisée dans le transport de containers, a décidé d’embarquer des imprimantes 3D sur ses navires pour réparer les pièces cassées pendant les longs trajets en mer et simplifier sa logistique de stockage. Une panne sur un porte-conteneurs représente un coût très élevé pour la société. En juin dernier, la Marine américaine (US Navy) avait lancé une campagne similaire appelée « Print the Fleet », littéralement imprimer la flotte.


Cette méthode DIY pourrait aussi s’appliquer aux marins professionnels ou amateurs lors de voyages hauturiers prolongés. L’association bretonne Lab-Rev va expérimenter l’impression 3D, à partir de mars prochain, au cours d'un voyage de six mois en mer, et permettre peut-être à tout plaisancier de fabriquer et réparer son équipement nautique à moindre coût.


Même s’il est encore trop tôt pour estimer la dimension révolutionnaire de l’impression 3D, cette technique bouleverse sans aucun doute le schéma industriel classique en apportant des solutions concrètes et immédiates aux industriels comme aux particuliers.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.