La télévision à bord : comment équiper mon bateau ?

Jeudi 26 septembre 2019 à 6h39

Les récepteurs de télévision domestiques ont beaucoup évolué ces dernières années tant sur le plan matériel que sur celui de la réception. La technologie analogique est remplacée par la TNT (Télévision Numérique Terrestre) et la réception d’émission transitant par satellites n’est plus réservée aux installations lourdes et encombrantes. Toutes ces technologies en pleine évolution ont évidemment des retombées sur la télévision embarquée sur les bateaux.

Antenne sur arceau ©Albert Brel
Les récepteurs de télévision domestiques ont beaucoup évolué ces dernières années tant sur le plan matériel que sur celui de la réception. La technologie analogique est remplacée par la TNT (Télévision Numérique Terrestre) et la réception d’émission transitant par satellites n’est plus réservée aux installations lourdes et encombrantes. Toutes ces technologies en pleine évolution ont évidemment des retombées sur la télévision embarquée sur les bateaux.

Système terrestre ou satellitaire

A terre pour recevoir une image stable, il est impératif que l’antenne directionnelle soit orientée vers le relais de diffusion. Si cette condition est possible lorsque le bateau est à quai, elle devient impossible lorsque l’on est au mouillage. Pour pallier ce problème, les fabricants ont imaginé des antennes omnidirectionnelles pouvant non seulement recevoir sur 360° mais possédant également un ampli permettant de régler le gain. Ce système donne de bons résultats lorsque le bateau est au mouillage, mais la réception peut être perturbée dans les ports du fait de la présence de mâts. Qu’en est-il lorsque le bateau navigue ? Là, il n’y a aucune réception. Pour recevoir la télévision, il faut s’orienter vers un système satellitaire. Ces systèmes sont de plus en plus utilisés en terrestre avec une antenne parabolique orientée vers le satellite. Sur un bateau cela ne fonctionne pas du fait de ses mouvements, sauf au port où certains plaisanciers fixent l’antenne sur le quai, donc il faut une antenne spécifique qui prend en compte les mouvements.

Nautisme Article
Antennes de télévision et de communication© Albert Brel

Comment ça marche ?

Nous avons vu que pour recevoir le signal, il faut que l’antenne soit orientée vers le satellite et que les deux éléments (émetteur situé sur le satellite et l’antenne) soient toujours stabilisés en position et en direction. Pour cela, les satellites sont placés sur une orbite géostationnaire par rapport à la terre. Un satellite géostationnaire se déplace à la même vitesse et dans le même sens que la terre. Pour un observateur, dans notre cas l’antenne de réception, ils paraîssent parfaitement immobiles. Reste un point, le mouvement du bateau. Pour compenser ce mouvement, les antennes possèdent un gyromètre à 3 axes qui ajuste en permanence la position de l’antenne et un GPS pour le positionnement. Au niveau de l’antenne, le signal est reçu par un capteur LNB (Low Noise Block) situé en son centre. Ce capteur peut avoir une ou plusieurs sorties et ainsi traiter une émission sur un satellite donné ou plusieurs. Ce signal est ensuite traité par le boîtier démodulateur qui le rend compatible avec le téléviseur. En résumé, l’ensemble satellitaire comprend l’antenne, son démodulateur (qui est vendu séparément de l’antenne) et le téléviseur.

L'équipement nécessaire sur un bateau

Nautisme Article
Couverture ASTRA 1 en fonction du diamètre de l'antenne

Il n’y a pas de satellites de télévision spécifiques pour le bateau, ce sont les mêmes que ceux utilisés en terrestre. En Europe, les principaux satellites qui permettent de recevoir les programmes TV (bouquets) sont au nombre de trois :

- ASTRA 1 (orientation 19° E) permet de recevoir les chaînes gratuites de la TNT et celles cryptées (Canal Satellite).

- HOTBIRD (13° E) permet de recevoir la TNT avec abonnement ainsi que le bouquet italien Sky.

- EUTELSAT W5A (5° W) pour recevoir gratuitement les chaines de la TNT.

Sur le marché, on trouve des antennes avec des diamètres qui vont de 37 cm (poids 7.7 kg) à 105 cm (poids 91 kg). Du diamètre dépend la couverture. Le point important est le décodeur, vendu séparément de l’antenne, il doit être libre d’accès pour recevoir toutes les chaines (gratuites et cryptées). Le choix de l’antenne se fait en fonction de sa zone de navigation (l’Europe est bien couverte par ASTRA 1), de ses dimensions et de sa sensibilité. Cette dernière, appelée PIRE, est exprimée en dBW. Il doit être le plus petit possible (compris entre 43 et 50 dBW). Une antenne (type Tracvision/KVH) de 37 cm vous permettra de recevoir les émissions en croisière côtière (Mer du Nord, Manche, Atlantique mais elle est assez réduite en Méditerranée) et offre la possibilité de brancher deux téléviseurs. Une de 45 cm vous donnera accès à tous les programmes régionaux dans le monde entier. Pour la haute mer et la grande croisière, il faut au minimum 60 cm (TV6) voire 80 cm (TV8). Il faut savoir que la majorité des antennes ont plusieurs satellites enregistrés. Sur les plus petites, on trouve ASTRA1, ASTRA2 et HOTBIRD. Sur les plus grandes, on peut raccorder jusqu’à 16 décodeurs indépendants et avoir 8 satellites (voir plus) préenregistrés.

Nautisme Article
Antenne sur balcon© Albert Brel

Ce qu’il vous en coûtera

Si vous vous contentez de recevoir la télévision au port ou dans un mouillage, une antenne omnidirectionnelle est suffisante. Comptez entre 125 et 220 euros suivant le modèle. Un conseil, si vous avez un voisin de ponton qui a la télévision, demandez-lui le type d’antenne qu’il a et s’il est satisfait de la réception. Si vous voulez recevoir la télévision en navigation, dans ce cas, il vous faut une antenne satellite.

Le prix des antennes par satellites est fonction du diamètre, de la sensibilité et des possibilités offertes, par exemple du nombre de satellites pouvant être reçu. Il va de 3 000 euros pour les plus petites jusqu’à 30 000 euros pour une KVH HD11 de 105 cm. Au prix de l’antenne, il faut rajouter celui du décodeur (à partir de 200 euros) et du téléviseur, là, le choix est important et dépend de la dimension de l’écran. A titre indicatif, un téléviseur (12 à 30 volts) avec un écran de 39 cm est à moins de 200 euros, un de 80 cm (TNT HD) à 850 euros. Vous pouvez également vous orienter vers un modèle domestique en 230 volts et l’alimenter avec un convertisseur 12/230 volts.

Nautisme Article
Antenne sur timonerie© Albert Brel

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.