Rentrée contrastée pour l'industrie nautique française

Economie
Samedi 5 septembre 2020 à 6h30

La Fédération des Industries Nautiques vient de publier ses chiffres clés 2019 tout en faisant un point d'actualité sur la saison estivale et l'annulation des salons d'automne. Elle montre du doigt les organisateurs du Cannes Yachting Festival et évoque les incertitudes quant à la tenue du prochain salon Nautic de Paris en décembre.

©JM. Rieupeyrout/Grand Pavois Organisation
La Fédération des Industries Nautiques vient de publier ses chiffres clés 2019 tout en faisant un point d'actualité sur la saison estivale et l'annulation des salons d'automne. Elle montre du doigt les organisateurs du Cannes Yachting Festival et évoque les incertitudes quant à la tenue du prochain salon Nautic de Paris en décembre.

Traditionnellement, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) profite de l'approche des salons nautiques d'automne pour publier un premier bilan économique de la saison en cours. Ces évènements (Cannes, La Rochelle) étant tous annulés, la FIN a toutefois tenu à présenter les chiffres clés 2019 début septembre et à faire un point précis sur la saison estivale et les salons nautiques tout en évaluant les premiers impacts de la crise sanitaire du Covid-19.  

Une bonne saison estivale malgré tout... 

Petite bonne nouvelle dans un marché incertain. Les chiffres clés de l'année 2019 confirment la progression de la filière nautique française, composée de 5 600 entreprises pour 43 700 salariés (+2.1%), qui réalise un chiffre d'affaires de 5,3 milliards d'euros, en hausse de 5% par rapport à 2018. Le bateau à moteur (+2,9%) progresse plus fortement que la voile (+1,25%) essentiellement sur le créneau des unités entre 35-50 pieds (10-15 mètres). Evoquant cet été, « les Français ont été au rendez-vous de la pratique nautique. Aidée par une météo particulièrement clémente, la saison estivale est jugée dans l'ensemble bonne par les professionnels, à l'exception notable des services associés à la grande plaisance (brokers, agents maritimes, avitailleurs, etc.) et de la location de voiliers habitables dans les outre-mer et vers les destinations lointaines » explique la FIN. « Une fois les contraintes de navigation et de circulation levées, nous avons observé que l'activité avait repris progressivement sur la quasi-totalité du littoral et en eaux intérieures. Les professionnels ont eu à répondre à une forte demande, essentiellement nationale, qui traduit une importante envie d'être sur l'eau, après une période de confinement particulièrement éprouvante » conclue la Fédération des Industries Nautiques. Une situation économique mitigée car la clientèle étrangère était largement absente du littoral français, restrictions sanitaires obligent. En regardant ces chiffres clés 2019 à la loupe, on s'aperçoit aussi que le marché de l'occasion a bien progressé (+8%) avec un profil d'acheteur intéressant et prometteur pour l'avenir du secteur : « un acheteur sur deux appartient à une catégorie CSP intermédiaire » se réjouit Yves-Lyon Caen, Président de la FIN. 

Nautisme Article
© CYF

Une baisse anticipée de 15 à 30% du CA pour 2020, variable selon les métiers

La tendance globalement positive de la période estivale ne permettra toutefois pas aux entreprises de rattraper le retard lié au confinement. La FIN estime ainsi que la filière nautique subira une baisse de l'ordre de 15 à 30 % de son chiffre d'affaires pour 2020 selon les métiers qui sont plus ou moins impactés par la crise. La récession annoncée des marchés de l'Europe notamment la zone méditerranéenne et des Etats-Unis va en outre handicaper l'industrie nautique qui exporte sa production à 75%. « La crise du tourisme mondial et des transports internationaux est un handicap très lourd pour notre secteur » reconnaît Yves-Lyon Caen.  

L'organisation du Cannes Yachting Festival montrée du doigt !

Revenant sur l'annulation des salons nautiques d'automne dont ceux de Cannes et La Rochelle, la FIN règle ses comptes avec l'organisation du Yachting Festival. « Un véritable gâchis » martellent Yves Lyon-Caen et Stephan Constance, respectivement président et vice-président de la FIN. « L'annulation des salons d'automne prive aujourd'hui les entreprises de repères essentiels. Au-delà de l'incapacité pour les entreprises à rattraper les ventes d'automne, l'industrie nautique, sans ses deux premiers salons, regarde son avenir avec inquiétude. Si nous comprenons les motifs qui ont conduit les organisateurs de la Rochelle à devoir annuler leur salon, le salon de Cannes aurait pu, lui, être maintenu. Les deux salons français sont extrêmement différents en termes de business model et de visitorat. Le salon de Cannes, sur deux sites distincts de 2 kilomètres, avec 30 000 visiteurs attendus cette année et la réduction de 40% du nombre d'exposants, aurait dû être adapté et aurait pu être tenu dans les conditions proposées par l'Etat. Son annulation tardive, à seulement 15 jours de son ouverture, a de surcroit fortement pénalisé les exposants qui avaient engagé des frais notamment pour l'acheminement des bateaux. La décision de Reed Expositions est lourde de conséquences pour les professionnels comme pour la ville de Cannes. » indique-t-on du côté de la FIN.

Et le salon Nautic de Paris ? 

Dans cette perspective assez sombre, la FIN tente de rassurer en évoquant la tenue du prochain salon Nautic de Paris en décembre. « Le Nautic s'impose, dans ce contexte de crise, comme le socle de relance de la filière nautique française » affirment les organisateurs du salon parisien. Après une réunion avec les autorités officielles fin septembre, la décision sur le maintien du Nautic sera annoncée d'ici un mois. Certains professionnels en doutent vu la situation économique. « Comme nous nous y sommes engagés avant l'été, nous confirmerons sa tenue début octobre et en cas d'impossibilité, nous rembourserons évidemment les acomptes des exposants à 100% » précise la FIN. Enfin, lors de cette conférence, la FIN a évoqué également le litige qui l'oppose à Reed Expositions quant à l'organisation du Cannes Yachting Festival. « La décision de la Cour d'Appel devrait intervenir d'ici le début de l'année 2021 » explique la Fédération des Industries Nautiques, dans un contexte incertain marqué par l'annulation des principaux salons nautiques internationaux...  

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.