Hivernage moteur : les conseils d'un pro

Equipements
Mardi 20 octobre 2020 à 6h27

Que vous possédiez un voilier ou un bateau moteur, l’hivernage du moteur est un point qu’il ne faut pas négliger car de lui dépendra son bon fonctionnement à sa remise en service. Pour en savoir plus nous avons interrogé la société Chatelais et Le Gall à Saint-Malo, l’une des plus anciennes dans ce port.

©Volvo Penta
Que vous possédiez un voilier ou un bateau moteur, l’hivernage du moteur est un point qu’il ne faut pas négliger car de lui dépendra son bon fonctionnement à sa remise en service. Pour en savoir plus nous avons interrogé la société Chatelais et Le Gall à Saint-Malo, l’une des plus anciennes dans ce port.

Chatelais et Le Gall une affaire de famille depuis plus de 63 ans

Ce chantier a été fondé par Pierre Chatelais et Roland Le Gall (père) en 1952. A cette époque, la pêche malouine vers Terre-Neuve était florissante. Au retour de campagne, la mécanique avait souffert et demandait une remise en état avant la prochaine campagne. Ces deux hommes ne comptaient pas leur temps et c’était à bicyclette qu’ils se rendaient sur les bateaux. Mais il y avait aussi la pêche locale car les bateaux, nombreux à cette époque, demandaient beaucoup d’entretien.

Le chantier prend de l’ampleur et compte jusqu’à 20 salariés. En 1982, après trente ans passé dans le chantier, Roland Le Gall cède la main à son fils Roland, officier mécanicien sur la Brittany Ferries et le fils de Pierre Chatelais, Daniel, rejoint le chantier qu’il quittera en 2001 pour prendre la responsabilité du service avitaillement à la compagnie des Pêches de Saint-Malo. A partir de cette date, Roland Le Gall devient le PDG de la société.

Cette société d’une surface de 1346 m² avec 20 mètres de ponton emploie une quinzaine salariés. Elle reste l’une des plus connues de Saint-Malo. Il faut dire qu’elle représente les principales marques de motorisation (Volvo, Yanmar, Nanni, Beaudouin, Caterpillar et ZF). Le travail se partage entre 45 % sur les bateaux professionnels (pêche et marchande), 45% de plaisance et 10% d’industrie avec l’usinage de pièces qui peuvent aller d’un arbre d’hélice aux pompes des Thermes Marins. Cette polyvalence, le stock important de pièces (plus de 7000 références) et un dossier de suivi de chaque bateau, sont des éléments qui font la renommée de ce chantier.

Nautisme Article
Atelier mécanique

Comment réussir son hivernage ?

Pour Roland Le Gall, il faut dissocier un hivernage à terre d’un à flot. Pour lui, si le bateau reste à flot, l’idéal est de faire tourner son moteur régulièrement pendant l’hiver, par exemple, une fois par semaine en prenant la précaution, si on reste à quai d’embrayer le moteur pour éviter de glacer les cylindres. Malheureusement, peu de plaisanciers peuvent se le permettre.

L’hivernage

En premier, il faut impérativement faire tourner le moteur dans l’eau douce et terminer avec un liquide de refroidissement. Ce dernier met le moteur hors gel et protège la turbine de pompe à eau et les Durit. Le réservoir de carburant doit être plein pour éviter la condensation propice aux développements des bactéries. Pour minimiser le risque, il est recommandé de mettre un produit spécifique dans le carburant, par exemple, du Mexpro.

Combattre l’humidité

L’humidité sur un bateau est un mal sournois qui attaque les pièces mécaniques. Pour la minimiser, on peut placer des absorbeurs d’humidité dont l’efficacité est moyenne. L’idéal est de pouvoir chauffer si on dispose d’une borne électrique. Mais, attention, pas avec n’importe quel chauffage, il doit être conçu pour pouvoir rester branché constamment et consommer peu. A cet effet, on trouve sur le marché des chauffages tubulaires, importés par ATMB, et présents dans les catalogues des accastilleurs. Ils présentent de nombreux avantages : consomment peu, suivant le modèle de 45 à 180 watts (0,2 ampères sous 230 volts), se présentent sous la forme d’un tube (305 à 1220 mm), sont protégés contre les surchauffes et les courts-circuits. Un tel chauffage dont le prix n’excède pas 50 € pour le plus puissant, maintient le compartiment moteur sec et hors gel.

Eviter les fuites électriques

Pour éviter les fuites électriques et les problèmes d’électrolyses, il faut lors de l’hivernage charger les batteries à 100% et ensuite les isoler avec les coupes batteries. Avec les nouvelles générations de batteries, il est inutile de laisser branché un chargeur, une éolienne ou un panneau solaire pour les maintenir à pleine charge. Si vous avez à bord un chauffage tubulaire, il est impératif que la ligne 230 volts soit protégée par un disjoncteur différentiel.

Nautisme Article
Chauffage Tubulaire

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.