Chantier Naval Bernard – Le bois est éternel

Economie
Mercredi 10 mars 2021 à 16h57

Au bout du port de St Vaast la Hougue, juste avant la petite chapelle dédiée aux marins, c’est une grande nef d’ardoises et de bois posée sur de solides fondations de granit. Entouré du fort de la Hougue, de l’île Tatihou, et de Saint-Marcouf, le site est magnifique et très justement préservé par l’Unesco. Gilles Auger, dirigeant du chantier naval Bernard depuis 2000, préserve une tradition, presque une culture, celle du bateau de pêche en bois. Un savoir-faire devenu rare, élargi aux bateaux de traditions et aux yachts classiques, désormais recherché bien au-delà du coquet village Normand, partout en France et même à l’étranger.

Chantier Naval Bernard ©MULTI.media - Francois Tregouet
Au bout du port de St Vaast la Hougue, juste avant la petite chapelle dédiée aux marins, c’est une grande nef d’ardoises et de bois posée sur de solides fondations de granit. Entouré du fort de la Hougue, de l’île Tatihou, et de Saint-Marcouf, le site est magnifique et très justement préservé par l’Unesco. Gilles Auger, dirigeant du chantier naval Bernard depuis 2000, préserve une tradition, presque une culture, celle du bateau de pêche en bois. Un savoir-faire devenu rare, élargi aux bateaux de traditions et aux yachts classiques, désormais recherché bien au-delà du coquet village Normand, partout en France et même à l’étranger.

St Vaast la Hougue est reconnu pour ses huîtres mais, sise à l’extrémité Nord-Est de la presqu’île du Cotentin, c’est aussi un port de pêche actif. C’est cette activité sur laquelle compte Gérard Bernard lorsqu’il fonde le chantier éponyme en 1974. La coquille Saint-Jacques, avec l’huître et il y a peu encore les moules, est la spécialité du coin. Les bateaux de pêche sont en bois, c’est plus marin que le plastique. Par son poids, sa densité, il passe mieux dans la mer, les marins le trouvent plus « confortable », pour la pêche côtière en tous cas. Et puis pour préserver la ressource, la France, sous couvert d’Europe, a décidé qu’on ne construirait plus de bateaux. En ces temps de prise de conscience écologique, le bois, pour peu qu’il soit produit dans de bonnes conditions, est donc plus que jamais à l’honneur. Les bateaux sont réparables à l’infini.

Nautisme Article
Tangara© Chantier Naval Bernard
Dans le chantier pourtant, en ces premiers jours de mars, aucun bateau de pêche en vue. « Normal, c’est la saison de la coquille, tous les bateaux sont en mer » nous apprend Gilles Auger. Lui le technicien élevé loin de la mer, en Touraine, débarqué de Kourou en Guyane où il œuvrait pour Arianespace, aurait pu être traité en extra-terrestre, ici ils disent « horsain ». Mais pendant ses années Guyanaises, son très beau plan Cornu de 13m, ‘Tangara’ était là, au chantier, pour être rénové au fil du temps. Alors à force d’y passer ses vacances, il connaît les équipes et il est devenu ami avec le patron. Celui-ci, la soixantaine venue, veut transmettre son chantier. Il n’en fait pas une question d’argent, accordant bien plus d’importance à l’état d’esprit du repreneur. Quand Gilles Auger prend l’initiative de lui exprimer à la fois son envie de reprise et ses doutes de ne pas être du sérail, il lui répond simplement : « j’attendais ton appel ». Une grosse année plus tard, les clients ont pris l’habitude de s’adresser au nouveau patron. Gérard Bernard peut partir tranquille, la passation est assurée.

Nautisme Article
Chantier Naval Bernard© MULTI.media - Francois Tregouet
Mieux, le chantier a pris une autre dimension, s’est diversifié, est allé chercher des clients bien au-delà de l’écluse qui lui fait face.  Si les pêcheurs restent toujours prioritaires et assurent encore 70% du chiffre d’affaires, yachts classiques et bateaux de tradition occupent les hivers quand les coquillards sont à la pêche. Le premier et le plus célèbre d’entre eux s’appelle Fleur de Lampaul, bateau-monument-historique ayant appartenu à la fondation Nicolas Hulot. Gilles Auger l’a racheté à titre personnel et à un prix raisonnable, contre la garantie plaquée or que le bateau serait maintenu à l’état d’œuvre d’art. L’été il fait naviguer des enfants malades ou en rémission avec Les Matelots de la Vie. L’hiver le Fleur emmène habituellement des skieurs en Norvège. Covid oblige, il en profite actuellement pour se refaire une beauté. Autres célébrités, le Marité basé à Granville, tout comme le bordage et le calfatage de l’Hermione sont passés entre les mains expertes de la trentaine de compagnons que compte aujourd’hui le chantier. Ou plutôt devrait-on dire les deux chantiers. Car prévoyant, Gilles a repris le chantier de Patrick James à Port en Bessin. Un lieu moins contraint, offrant plus d’espaces et de possibilités de développement.

Nautisme Article
Chantier Naval Bernard© MULTI.media - Francois Tregouet
Alors oui, il n’y a plus beaucoup de chantiers spécialistes du bois en France et parmi eux le Chantier Naval Bernard est sans conteste le plus important. Oui de beaux projets de reconstruction sont dans les cartons, en Normandie et au-delà. Mais à St Vaast les charpentiers de marine gardent les pieds sur terre. Presque entièrement rénové, après trente ans de rénovation au fil de l’eau, Tangara risque de tirer encore quelques temps sur ses amarres tournées sur les quais du port à flot. Car de l’autre côté des portes du bassin, les copeaux d’iroko et de chêne n’ont pas fini de voler et d’embaumer l’avant-port.

Chantier Naval Bernard © MULTI.media - Francois Tregouet
Chantier Naval Bernard © MULTI.media - Francois Tregouet
Fleur de Lampaul © Chantier Naval Bernard
L'Hermione © Chantier Naval Bernard
Le Marite © Chantier Naval Bernard
Le Neel © Chantier Naval Bernard
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.