L'expertise maritime - épisode 2 : l'expertise pour l'achat

Culture nautique
Dimanche 17 janvier 2021 à 15h37

La démarche d’acquérir un bateau d’occasion est un moment important, que ce soit sur les aspects techniques, administratifs, ou financiers. Il est fondamental pour l’acheteur de disposer d’une bonne photographie, exhaustive et objective afin de pouvoir décider, et éventuellement négocier avec le vendeur en connaissance de cause. Pour disposer de cette vision, il est nécessaire de s’appuyer sur un expert maritime, qui au-delà de ses connaissances techniques, et du rapport d’expertise qu’il établira après sa visite, pourra également apporter une appréciation du prix demandé au regard du marché.

La démarche d’acquérir un bateau d’occasion est un moment important, que ce soit sur les aspects techniques, administratifs, ou financiers. Il est fondamental pour l’acheteur de disposer d’une bonne photographie, exhaustive et objective afin de pouvoir décider, et éventuellement négocier avec le vendeur en connaissance de cause. Pour disposer de cette vision, il est nécessaire de s’appuyer sur un expert maritime, qui au-delà de ses connaissances techniques, et du rapport d’expertise qu’il établira après sa visite, pourra également apporter une appréciation du prix demandé au regard du marché.

Selon le profil de l’expert, son expérience et sa connaissance de la navigation et du milieu maritime, il pourra aussi être de bon conseil pour s’assurer que l’achat envisagé corresponde au programme de navigations souhaitées.

Il est essentiel dès le premier contact entre acheteur et expert de bien évoquer le projet et les attentes afin que l’expert comprenne la typologie de l’expertise attendue.

Une expertise dans le cadre d’une vente ne comprend pas de démontage, mais la visite doit être complète (exhaustive). Nous allons passer en revue les différents éléments qui doivent être considérés et examinés. Chaque expert ayant son propre protocole pour mener à bien sa mission à bord, ainsi que la manière pour rédiger un rapport synthétique et compréhensible.

Il est indispensable pour mener à bien la mission d’expertise de disposer du bateau à terre, puis d’effectuer les essais en mer (ou à défaut l’inverse).

Bateau à terre :

Il s’agit d’ausculter attentivement la carène, les œuvres vives et les œuvres mortes, de déceler d’éventuelles déformations (sur les coques en acier ou en alu), les cloques et les éventuels phénomènes d’osmose sur les coques polyester (au moyen d’un détecteur d’humidité et selon un protocole précis), d’éventuels délaminages dans le cas de coque sandwich, de potentiels impacts provoqués par des OFNI (objets flottants non identifiés). Une attention particulière doit être portée aussi sur les ailerons de stabilisateurs, sur les chaises d’arbre, sur les éventuels skeg (aileron en avant du safran sur certains voiliers), sur les dérives (dériveurs), les quilles et les joints de quille.

L’aspect général de la carène reflètera aussi le niveau d’entretien, d’attention et de maintenance générale.

Dans certains cas particuliers, des mesures d’épaisseur de bordés de coque (coque acier) par ultrasons pourront être effectuées.

Les lignes d’arbres d’hélices, ou les embases (V drive, sail drive, etc…), les hélices, les bagues hydrolubes, les paliers de safrans, l’état général des anodes (phénomène d’électrolyse), les propulseurs d’étrave, les trimmers, les passe-coques, pieds de loch et sondeur seront également inspectés.

Les lignes de mouillage peuvent être dévirées pour s’assurer de l’état général des composants (ancres, manilles de liaisons, chaînes, étalingures), cela permettra aussi de vérifier le bon fonctionnement du guindeau.

La qualité et la brillance des peintures, laques ou gelcoat sur les œuvres mortes seront aussi mieux appréciées à terre sous différents angles.

Sur le pont : les chandeliers, balcons et filières sont un point crucial à vérifier, ainsi que déceler d’éventuelles faiblesses de fixation. Les capots de pont (état des plexiglass, des joints, de la bonne fermeture et de l’étanchéité).

Les pièces d’accastillage seront examinées : taquets, bollards, rails d’écoutes, poulies, winches, cabestans, grues, panneaux de pont, et même cadènes (pour l’anecdote lors d’une expertise d’un voilier de 41 mètres, j’ai découvert que la cadène d’étai principal était fissurée…).

Sur un voilier tout le gréement doit avoir une attention particulière : cadènes, ridoirs, gréement dormant et courant. Une ascension dans le mât est requise pour vérifier les points d’ancrage, les barres de flèche, les éventuels tip cut (liaison barres de flèche / haubans), les réas, les cadènes de fixations de poulies en tête de mât, les rails, les profils d’enrouleurs. Cette partie est parfois sous traitée à un gréeur afin de disposer d’un niveau d’expertise supplémentaire. La bôme, ses ancrages (vit de mulet, point d’écoute) et les réas sont à inspecter.

Lors de cette ascension il sera aussi opportun d’en profiter pour vérifier le bon fonctionnement des feux de navigation et de mouillage.

Les ponts en tek nécessitent une inspection détaillée pour apprécier l’usure des lames, la profondeur des rainurages et des joints, d’éventuels décollements et infiltrations sous les lames.

Les fonds de coque à l’intérieur doivent être vus afin de déceler d’éventuels dommages structurels (lisses, barrots, cloisons structurelles, longitudinaux, etc..). Les différentes vannes de coque et les flexibles feront partie des éléments à contrôler.

L’ensemble de l’armement de sécurité sera inventorié en détails avec une vérification des dates d’expiration ou des visites périodiques.

Sur les grosses unités, les systèmes hydrauliques des enrouleurs et des winches doivent aussi être vérifiés sous charge lors des essais en mer.

Toute l’électronique du bord doit également être testée. Les équipements dans la cuisine seront vérifiés, les groupes d’eau, chauffe-eaux mis en service.

La sellerie intérieure et extérieure doit être vue, ainsi que l’état général des emménagements : boiseries, vernis, moquettes, revêtements divers…

Essais en mer :

L’essai en mer est complémentaire et nécessaire pour se forger une opinion précise. Elle permettra de mettre en service et d’utiliser l’ensemble des systèmes : moteurs, trims, propulseurs, stabilisateurs, voiles, groupes électrogènes, dessalinisateur, pilote automatique, système de barre, etc…

Des essais de vitesse au moteur à différents régimes (nominal et maximal) seront effectués, avec éventuellement des relevés acoustiques dans les cabines à ces régimes moteur. Des relevés tachymétriques sur les volants moteurs et éventuellement en sortie d’inverseurs peuvent être nécessaires dans certains cas.

Sur les bateaux à moteur il est courant de faire appel à un mécanicien agréé par le motoriste pour se connecter en réseau sur le (les) moteurs afin de disposer d’un historique précis et des données détaillées en fonctionnement. Une attention sera portée sur l’état des différents systèmes de filtration et filtres (gasoil, eau de mer).

Il est fortement recommandé aussi de faire des prélèvements d’huile pour analyse (si les vidanges n’ont pas eu lieu récemment) pour disposer de données pertinentes sur l’usure des pièces internes. Le rapport du laboratoire d’analyse est annexé au rapport d’expertise et commenté.

Le rapport :

A l’issue de cette visite, un rapport d’expertise est rédigé sur la base des observations, en mentionnant les anomalies et les défauts constatés. Une liste de recommandations est établie avec des priorités d’intervention. A ce rapport est joint une banque d’images et de vidéos (souvent partagée via une dropbox ou un équivalent), et communiqué au client.

La valeur vénale et la valeur d’assurance du navire peuvent faire l’objet d’une estimation sur demande.

Selon les recommandations, l’expert pourra alors assister le client dans la phase de remise en service pour s’assurer que les travaux seront effectués selon la règle des trois, c’est-à-dire : dans les règles de l’art, dans les délais, dans le respect des devis communiqués.

Nous aborderons cette partie de l’expertise dans un futur épisode.

Gilles Chiorri - Expert maritime / yachtsconsulting@gmail.com

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.