Comment garder l'aspect neuf de son bateau ?

Dimanche 1 avril 2018 à 6h28

Au fil des années les coques des bateaux deviennent ternes, le polyester jaunit, les couleurs passent. Cela n'empêche pas de naviguer, mais il est plus agréable d?avoir un bateau avec un bel aspect. Tous nos conseils pour redonner du brillant à la coque et réparer les petites éraflures.

Le polishage doit être effectué par petites surfaces (conseil de Kerboat Services). ©Albert Brel
Au fil des années les coques des bateaux deviennent ternes, le polyester jaunit, les couleurs passent. Cela n'empêche pas de naviguer, mais il est plus agréable d?avoir un bateau avec un bel aspect. Tous nos conseils pour redonner du brillant à la coque et réparer les petites éraflures.

Les réparations sur une coque ou un pont polyester

Nautisme Article
L'outil utilisé pour le polishage doit tourner à 1500 trmn maximum (conseil de Kerboat Services).© Albert Brel

Lorsque l'on accoste à un quai ou à un ponton, il arrive que l'on fasse des petites rayures ou que l'on ait des chocs légers qui peuvent être réparés sans difficultés. Par contre, si la réparation est importante, il vaut mieux faire appel à un professionnel. Pour les petites rayures qui sont situées dans la masse du gelcoat, il suffit de poncer très légèrement à sec (grain 240), d'ôter la poussière et d'utiliser un gelcoat de finition. On en trouve conditionné en tubes ou en petites boîtes pour ce type de retouche. Une fois sec, on poliche la zone réparée. Si la rayure est profonde et le stratifié atteint, il faut poncer autour de la zone abîmée, reboucher à l'aide d'un mastic polyester chargé de fibre de verre, poncer à l'abrasif fin et recouvrir avec un gelcoat de finition. Pour les réparations sur les composites époxy et pour toutes réparations de la coque sur les parties immergées, il est impératif d'utiliser des mastics et résines époxy étanches. Si le gelcoat est de couleur, il faut savoir qu'il existe des peintures de retouches qui reprennent les principales teintes des bateaux proposés dans les chantiers.

Redonner l'aspect du neuf à la coque

Nautisme Article
Quelques produits bien adaptés au nettoyage.© Albert Brel

Lorsque la coque est encore brillante et la couleur vive, bien souvent, un bon nettoyage avec une lessive suffit à lui redonner son éclat. Mais au fil des années, l'eau de mer, le soleil et l'abrasion due au sel finissent par lui donner un aspect mat et terne. Ce problème est encore plus sensible sur les coques de couleur qui peuvent devenir farineuses. On peut considérer ce vieillissement comme naturel. Mais on peut redonner le brillant à la coque en utilisant un polish. Pour des questions de temps et par peur d'un résultat décevant, bien des plaisanciers hésitent à se lancer dans cette opération.

Pour obtenir un résultat parfait, il faut bien préparer la surface à traiter. Toutes les petites réparations doivent être effectuées et la coque lavée avec une bonne lessive pour ôter toutes les saletés et traces de gras. Vous trouverez également différents produits chez les shipchandlers pour la déjaunir. Le jaunissement au niveau de la ligne de flottaison et à l'étrave du bateau peut être simplement éliminé en utilisant de l'acide oxalique (sel d'oseille) dilué, que l'on passe à l'aide d'un chiffon. Attention, il faut mettre des gants. Ce nettoyage à l'acide devra être immédiatement suivi par un rinçage à l'eau. Une fois la coque propre, on peut passer au polissage.

Nautisme Article
Si on n'entretient pas le gelcoat de couleur, il passe au bout de quelques années.© Albert Brel

Si la coque est vraiment terne ou la couleur passée avec des teintes différentes, il faut utiliser trois polish différents. En premier, un puissant, suivi d'un médium et un de finition, qui a pour effet de parfaitement lustrer la coque et de la protéger. Plusieurs fabricants proposent des polish conçus pour le polyester que l'on trouve généralement chez les shipchandlers et dans les magasins spécialisés.

Le polish se passe à l'aide d'une polisseuse, d'une perceuse munie d'un disque porte-peau de mouton ou d'un pad en mousse. La seule précaution est qu'elle tourne à petite vitesse (inférieure à 1000 t/mn). Pour que le polish s'applique bien, il est préférable d'humidifier très légèrement la peau de mouton ou le pad. On travaille ensuite par petites zones (des carrés de 1m2 environ) en polissant progressivement et lentement pour que le produit ne s'échauffe pas. On effectue des passes verticales avant de les combiner avec des passes horizontales. En séchant, le polish laisse une poussière fine que l'on enlève avec un chiffon en microfibres. Le temps nécessaire, suivant l'état de la coque, est d'environ une journée sur un bateau de 10 m. Mais, attention, ce traitement a une durée de vie limitée. S'il est réalisé dans de bonnes conditions, comptez deux ans. Au bout de ce temps, vous pourrez vous contenter d'un simple polissage de finition.

Nautisme Article
Il faut traiter le teck et passer du polish sur la coque.© Albert Brel

Notre avis

Chez les shipchandlers, dans les magasins spécialisés et les drogueries, il existe de nombreux produits qui permettent de tout nettoyer à bord et de redonner un aspect neuf au bateau. Pour qu'ils soient efficaces, il ne faut pas attendre que les surfaces à réparer (rayures) ou à lustrer soient arrivées à un point de salissures tel qu'en aucun cas on ne pourra leur redonner leur aspect d'origine. L'idéal est de nettoyer régulièrement, c'est plus efficace et cela demande moins de travail. Quant aux produits, difficile de donner une marque plus qu'une autre, mais il faut reconnaître que les lessives au savon noir formulées à base d'huile de lin et d'ingrédients d'origine naturelle donnent de bons résultats tout en restant très économiques (moins de 4 euros le litre) ; en effet, on compte un à deux bouchons de produit pour un litre d'eau. Quant au sel d'oseille, présenté en poudre, il est efficace pour ôter le jaunissement au niveau de la ligne de flottaison et économique. Nous reparlerons de ce produit lorsque nous verrons le nettoyage des ponts en teck. La recommandation est qu'avant de procéder à l'achat d'un produit, il faut lire la notice attentivement pour s'assurer qu'il correspond bien à l'usage que l'on veut en faire.

Nautisme Article
Ce bateau a retrouvé l'éclat du neuf.© Albert Brel

    

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.