Les marins du Vendée Globe confiants pour leur saison

Course au large
Mardi 31 mars 2020 à 17h33

La crise du Coronavirus perturbe la préparation sportive des marins et les confronte à la tempête économique que traversent toutes les entreprises de France. Mais les skippers restent optimistes et confirment qu’ils seront bien sur la ligne de départ du Vendée Globe le 8 novembre prochain.

Newrest - Art&Fenêtres skippé par Fabrice Amedeo ©Jean-Marie Liot
La crise du Coronavirus perturbe la préparation sportive des marins et les confronte à la tempête économique que traversent toutes les entreprises de France. Mais les skippers restent optimistes et confirment qu’ils seront bien sur la ligne de départ du Vendée Globe le 8 novembre prochain.

Sportifs et entrepreneurs. Les marins n’échappent pas aux conséquences de la crise sanitaire du Coronavirus qui a retardé les mises à l’eau, qui perturbe les chantiers d’hiver et la préparation sportive. Mais ils sont également touchés par la crise économique qui frappe notre pays. De nombreux partenaires de marins vont sortir affaiblis de cette période et l’on pourrait s’attendre à quelques désistements. Pourtant, l’optimisme est de mise chez les marins que nous avons contactés. « J’ai appelé personnellement tous mes partenaires, explique Fabrice Amedeo, skipper de Newrest – Art et Fenêtres. Tous m’ont garanti qu’ils allaient me soutenir jusqu’au Vendée Globe malgré la crise. Pour beaucoup d’entre eux, l’engagement à mes côtés depuis 2017 n’a de sens que dans l’optique de ce tour du monde ensemble. Ils ne vont pas renoncer si près du départ malgré les difficultés que nous rencontrons tous ».

« C’est en période de crise qu’il faut communiquer » 

Même écho du côté du marin de Port-la-Forêt Romain Attanasio. « J’ai beaucoup de chance avec mes partenaires qui me soutiennent dans cette tempête, confie l’intéressé, skipper du bateau PURE. Je connais leurs difficultés et, malgré tout, nous continuons à travailler ensemble en télétravail sur l’organisation du Vendée Globe. Bien sûr, la gestion de la production et du personnel reste prioritaire pour eux mais la perspective de la remise à l’eau du bateau et des premières navigations avec leurs équipes met du baume au cœur à tout le monde ! ». Pas question donc de laisser tomber Romain et de ne pas être au départ du tour du monde en solitaire pour ses partenaires. « Pour l’avenir, c’est la santé des entreprises et de leurs salariés qui prime et qui conditionnera les budgets de sponsoring-communication. Mais comme me l’a dit il y a quelques jours Samuel Gabory, le patron de PURE, mon partenaire titre, c’est en période de crise qu’il faut communiquer ! ».

Nautisme Article
PURE - Romain Attanasio© Team PURE

Reste toutefois un sujet sportif important : la qualification de tous les bateaux. Comme le déclarait récemment Hubert Lemonnier, directeur adjoint de course du Vendée Globe, à nos confrères de l’Equipe, onze bateaux ne sont à ce jour pas qualifiés pour le Vendée Globe. Parmi eux, sept doivent effectuer un parcours de 2000 milles en solitaire sur leur bateau car ils ont terminé le dernier Vendée Globe ou la dernière Transat Jacques Vabre en Imoca et quatre doivent terminer une transat en course. Deux événements étaient prévus au printemps : The Transat CIC et New York – Vendée. Selon nos informations, la tendance pour l’instant serait que les IMOCA partent sur un parcours de substitution à New York – Vendée, avec une arrivée aux Sables d’Olonne fin juin, et ne participent pas à The Transat si elle a lieu en juillet. « Pour beaucoup de marins, l’enjeu est de récupérer les 15 000 euros de frais d’inscription à The Transat », commente un membre de la Classe. Contacté par Le Figaro Nautisme, Armel Tripon, skipper de l’IMOCA flambant neuf L’Occitane en Provence, se veut également optimiste. Il fait partie des marins qui ont besoin de se qualifier mais ne doute pas qu’un événement qualificatif pourra être organisé ou que la direction de course adaptera la règle à ces circonstances exceptionnelles. « Comme toutes les entreprises, L’Occitane souffre de cette crise sanitaire et a dû s’adapter aussi bien économiquement que sur le plan humain, confie le marin nantais. Mais la situation a plutôt resserré nos liens et leur soutien. Il est important pour tout le monde de partir autour du monde l’hiver prochain et de faire rêver les terriens qui en auront bien besoin après ce que nous aurons traversé ». A en croire les marins, le Vendée Globe et la course au large ont plutôt une grosse carte à jouer en étant l’un des seuls événements d’envergure maintenus cette année. « Notre sport incarne des valeurs d’aventure et de respect de la planète qui seront encore plus en phase avec le monde d’après le Coronavirus », explique Fabrice Amedeo.

Nautisme Article
Le nouvel IMOCA L'Occitane en Provence est skippé par Armel Tripon.© Pierre Bouras / L'Occitane en Provence

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.